Mathieu Brugidou

Mathieu Brugidou est chercheur senior (HDR) à EDF R&D au sein du Groupe de Recherche Energie Technologie et Société. Il a été de 2003 à 2009 directeur de recherche associé au CNRS au laboratoire PACTE et de 1995 à 2002, Professeur associé à l’IEP de Grenoble, Master Progis.

Mes travaux portent sur les volets théorique et méthodologique d’une approche pragmatiste des publics.
Pour une telle approche; des publics se forment parce que des individus et des groupes sont plus ou moins attentifs à des controverses, intéressés à trouver des causes, et parfois des responsables, à un problème qui, pensent-ils, les concerne (Dewey, 1927). De tels publics ne sont pas seulement composés de porteurs d’attitude ou d’intérêt à propos d’un enjeu. Ils sont créés par les prises de paroles convergentes d’individus qui ajustent leur opinion dans la figure réflexive du public, se reconnaissant ainsi comme membres d’un même public. Dans cette perspective, l’opinion n’est donc ni une attitude individuelle, ni un comportement qu’il s’agirait de prédire.

Une approche pragmatiste implique une très forte attention aux activités de cordination et aux dispositifs d’expression mais aussi de recueil et de traitement qui permettent ces formes de coordinations collectives. Celle-ci considére non pas des compétences individuelles mais des compétences distribuées entre des agents et des dispositifs. Ces compétences sont en effet répartis entre les membres du public, les groupes concernés qui produisent des argumentations et des récits et les dipositifs médiatiques qui les aggrégent et les mettent en forme. Mais elles sont aussi distribuées dans des dispositifs socio-techniques comme le sondage et des dispositifs cognitifs collectifs comme les heuristiques linguistiques – les topoï, les lieux communs qui constituent nos opinons.

On conçoit que dans cette perspective les avancées théoriques sur ces questions ne puissent pas être dissociées de la prise en compte des innovations méthodologiques. Les sondages expérimentaux (Grunberg, Mayer., et Sniderman, 2002) plus attentifs aux apports d’informations, aux effets de contexte et de cadrage sont particulièrement intéressants pour décrire une conception discursive de l’opinion publique. Des progrès méthodologiques ont aussi été accomplis depuis une vingtaine d’années grâce à l’analyse des données textuelles (Lebart et Salem, 1994) du fait du rapprochement de préoccupations de statisticiens, de linguistes (Rastier,1991) et d’informaticiens, progrès qui ont donné des moyens nouveaux au traitement du langage naturel, aux corpus oraux et singulièrement aux questions ouvertes (Brugidou, 2003). Ces avancées sur le front des méthodes permettent ainsi d’envisager des dispositifs d’enquête hybrides donnant une plus large place aux questions ouvertes voire à des séquences dialogiques mêlant questions fermées et ouvertes, relances des enquêteurs et réponses des personnes interrogées (Brugidou et al., 2004). Ces travaux sont menés en collaboration avec Caroline Escoffier (EDF R&D) et Michèle Moine (Pacte, LJK-MS3).

Je m’intéresse actuellement à la formulation de normes nouvelles (à propos de l’environnement et d’une sociologie politique de l’énergie) en étudiant le réagencement de topoï : ils me conduisent, d’abord, à envisager les différences entre des énoncés de stigmatisation ? qui traduisent la présence d’une norme et la justifie par la sanction d’une transgression ? et des énoncés de dénonciation portant sur les dispositifs de politiques publiques implémentant ces normes (Boltanski, 1984). La présence de ces énoncés dans les mêmes corpus traduit l’intrication entre des phases de normalisation et des phases de politisation. Celle-ci m’amène à envisager concrètement les dispostifs cognitifs collectifs que sont les topoï à la fois comme des cellules rythmiques et mélodiques et comme des cellules argumentatives.