DE l’ORIGINE DES INSTITUTIONS – VIE ET MORT DES AGENCEMENTS SOCIAUX

Vie et mort des agencements sociaux : de l’origine des institutions / Virginie Tournay. Paris : PUF, 392 pages, 2009. [Politique éclatée (la)].

Pourquoi un assemblage provisoire de solidarités humaines se prolonge-t-il au point parfois de former un collectif stable marqué par une puissance d’expression et de survivre à celui qui en a été l’initiateur ? Bien que l’institution soit aisément descriptible en termes de totalité isolable délimitée par des frontières, cette découpe du social n’est qu’une expérience sensible parmi d’autres et elle varie selon l’échelle d’observation. Les controverses qui entourent sa définition nous rapprochent de celles des naturalistes concernant la notion d’espèce biologique il y a plus de deux siècles. Elles posent la question de leur mode d’existence.

Cet ouvrage envisage de distinguer les agencements sociaux à partir de leurs mouvements. Il traite du mouvement de la matière sociale dont l’institution ne figure que comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Par analogie avec l’échelle de Jacob, les agencements sociaux montent et descendent les échelles de l’être.

 

Table des matières

I. — Introduction. Pourquoi la girafe a-t-elle un long cou ?

Petit préambule autour des espèces et autres agencements sociaux

- L’institution en question : un détour par l’histoire naturelle pour discuter de cet agrégat social
- L’institution en émergence : pourquoi existent-ils des agrégats sociaux plutôt que rien ?
- L’institution en évolution : repérer les paliers classificatoires
- Les sciences du politique et la texture de la matière sociale

II. — La fabrique de l’histoire

Réflexions sur le pouvoir du monde écrit : Dire, Faire et Représenter l’Histoire

- Le régime historiographique : produire un récit certifié des phénomènes sociaux
- Dire l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils reliés entre eux ?
- Faire l’histoire : pourquoi les faits passés existent-ils encore aujourd’hui ?
- Représenter l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils partagés par tous ?
- Produire la vérité historique. Quand le thermomètre fonde une agence d’État

III. — La fabrique de l’action collective

Réflexions sur le pouvoir de la solidarité : Désirer, Développer et Inscrire durablement l’action collective

- Le régime de la monstration : des formes élémentaires de coopération à la puissance publique
- Désirer l’action collective : pourquoi les acteurs agissent-ils solidairement ?
- Développer l’action collective : pourquoi les solidarités diffèrent ?
- Inscrire durablement l’action collective : pourquoi certaines solidarités sont-elles convaincantes ?
- Produire un agrégat social aux contours nets. Le rôle central de la calibration

IV. — Conclusion. La girafe a un long cou parce qu’il y a plusieurs manières d’être un tout

Esquisse d’une texturologie du social

- Le désir comme énergie pratique de solidarité
- Plaidoyer pour une sociologie institutionnelle : l’échelle de Jacob des institutions


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search