L’OPINION ET SES PUBLICS. UNE APPROCHE PRAGMATISTE DE L’OPINION PUBLIQUE

Pour de nombreux sociologues, l’opinion publique n’existe pas, il s’agit d’un artefact créé par des instruments, les sondages. Et pourtant, si l’opinion publique n’existe pas, les controverses se multiplient et créent leurs propres publics. Les dispositifs d’enquête doivent donc changer de perspective pour rendre compte, moins d’une opinion publique une et indivisible, que de la dynamique des arguments et de la plasticité des publics.
Il s’agit aujourd’hui de restituer la parole des « agents ordinaires », leurs images, leurs récits et leurs arguments, qui forment des « lieux communs » sur un problème qui les concerne, et d’identifier ainsi des publics, grâce à des sondages expérimentaux considérés comme des scènes publiques, ou des formes de coordination collective qui peuvent comporter trois dimensions : le partage d’une identité, l’accord sur un diagnostic (cause, responsabilité, solution) et l’engagement dans une action collective.
Un ouvrage qui renouvelle la réflexion sur le rôle des sondages à l’heure d’Internet, des jurys citoyens et de la démocratie participative.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Virginie Tournay (1 mai 2012). L’OPINION ET SES PUBLICS. UNE APPROCHE PRAGMATISTE DE L’OPINION PUBLIQUE. On the Origin of Institutions. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd7g


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search