LES METAMORPHOSES DE L’EXPERTISE. Précaution et maladies à prions

Par Céline Granjou et Marc Barbier
Les auteurs proposent un regard rétrospectif sur une période fondatrice d’une réforme de l’expertise liée aux crises sanitaires des années 1990. La place occupée par la dynamique scientifique du domaine des prions dans les relations entre science et décision publique invite en effet à voir dans la « vache folle » une puissante machine à questionner les modalités et le sens d’une transformation profonde et durable des façons de gouverner les risques sanitaires. C’est tout particulièrement la structuration inédite d’une référence à la précaution, à travers la constitution d’une conscience réflexive des experts vis-à-vis de la fonction politique de leur travail, qui est ici explorée. Un livre éclairant au moment où les grippes à répétitions tendent à construire un état de surveillance généralisée. Cet ouvrage apporte une contribution originale qui intéressera autant les chercheurs en sciences sociales que les décideurs.

Préambule

Introduction

Quelle place pour l’expertise scientifique dans une démocratie technique ?

Sortir du « mythe participatif »

L’autorité du spécialiste : entre dénonciation et fondement de la possibilité d’une expertise

Une sociologie pragmatique des experts au travail

Une approche pragmatique et diachronique

Les matériaux d’enquête

Les transformations de l’expertise sur les maladies à prions

Chapitre 1. Naissance d’un régime de production de connaissances sur les maladies à prions et première structuration de la recherche en France

La constitution d’un domaine de recherches sur les ESST

La rupture épistémique du régime de production de connaissances sur les ESST

Caractérisation de la dynamique du domaine « maladies à prions » par des traitements scientométriques

De l’intérêt d’une approche par l’étude des connaissances scientifiques publiées

Quelques éléments de caractérisation simple par comptage dans des bases de données

Caractérisation par les réseaux de copublications

Caractérisation par l’évolution des motifs lexicaux

Interprétation de l’évolution du domaine des « maladies à prions »

La structuration tardive de la recherche française

Comment des « curiosités scientifiques » accompagnent la naissance de questions de santé publique

Du côté de la santé animale : « A novel progressive encephalopathy in cattle », un signal fort déclenchant

Du côté de la santé humaine : l’effet déclencheur de l’hormone de croissance

Naissance d’une non-politique de recherche

« Preuves ou pas preuves ? » Telle est la question !

L’effort français en matière de recherche sur les ESST et les maladies à prions : le rôle central de l’urgence, de la deuxième crise de l’ESB et du comité Dormont

La mise en place d’un programme de recherche sur ESST

La poursuite et l’intensification de l’effort public

La deuxième crise de l’ESB et la création du GIS « Infections à prions »

Dynamique de structuration de la recherche par les appels d’offre

Analyse interprétative des effets de la structuration

Conclusion
Chapitre 2 : Être expert d’un comité à l’autre : les transformations du style d’expertise

Figures d’experts

Un comité à géométrie variable

Des activités diverses et hétérogènes

Participation et démobilisation

Médecins, vétérinaires et chercheurs

Une expérience « extraordinaire », mêlant recherche et expertise

Les fondamentalistes et les cliniciens

Pratique(s) de la collégialité

Les « super-experts » et les autres

Consensus ou collégialité…

L’apport du débat : exemple de quelques genèses d’avis

Le rôle du président dans la pratique de la collégialité

L’AFSSA : un nouveau style d’expertise

Une technicisation de l’expertise

Les compétences du nouveau comité

De l’état de l’art scientifique à l’évaluation de la gestion du risque

Une adhésion difficile à une mission d’expertise technique

Les experts à la paillasse

Une activité de production scientifique ad hoc

Pratique démonstrative versus pratique délibérative de l’expertise

Statistiques et calculs de sur-risque : une expertise déléguée

L’expert statisticien

Un débat rendu difficile

Chapitre 3 : Être expert face au politique : les transformations d’une pratique de la précaution

Le comité Dormont : une « pragmatique de la précaution »

Le souci du partage des rôles : des discours à l’écriture

Une revendication forte de séparation entre le scientifique et le politique

Les enjeux du travail d’écriture : du factuel au normatif

Précaution, prudence, bon sens et intuition : les « prises » du jugement expert

Les références à la précaution dans les avis du comité Dormont

De la prudence au bon sens : la fabrication d’un jugement expert

La genèse des avis : une « pragmatique de la précaution »

La première auto-saisine de mai 1996

Une écriture d’équilibriste : études de quelques genèses d’avis

L’AFSSA, ou la science au service de la santé publique

Le système des agences : un dispositif de purification de l’expertise au service de la sécurité sanitaire

Les premiers principes

Purifier l’expertise

Le comité ESST : l’indépendance au service de la précaution

Des exceptions au droit commun

L’objectivité scientifique au service de la précaution

Les chiffres de la précaution

Calculs de sur-risque et marges de précaution

Un exemple de coproduction de l’estimation du sur-risque : l’avis sur la levée de l’embargo

Le risque réel, du comité Dormont à l’AFSSA

Le comité Dormont, ou l’apprentissage des enjeux du « risque réel »

La « saga » du retrait des intestins bovins

L’AFSSA : l’évaluation de la gestion du risque

Bilan : la contribution des experts à la fabrique de la précaution

Chapitre 4 : Être expert face aux citoyens : les enjeux de la formulation du risque

Introduction

Les effets d’une déontologie de l’écriture sur la production d’un standard de jugement en situation d’incertitude

Argumenter les avis

Consensus et divergences

Richesse et diversité des références à l’incertitude

La contribution de l’expertise à la carrière des problèmes publics

La dimension médiatique de l’expertise

Publiciser le risque : un enjeu controversé

Précaution et « nouvelles visibilités »

Pour une contribution au débat sur la légitimité de l’expertise

Purification et efficacité : la double contrainte de l’expertise

Pratique des objections et expertise réflexive

L’autorégulation de l’expertise : une pratique des objections

Les termes d’un débat sur l’expertise

La réflexivité, critère de qualité de l’expertise ?

Expertise réflexive et démocratique technique

Conclusion : Un nouveau rapport au savoir ?

Principaux sigles et abréviations

Références bibliographiques


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search