La cuisine moléculaire dans tous ses états

 

Raphaël Haumont, enseignant chercheur de l’université Paris Sud, utilise ses connaissances scientifiques pour sublimer les produits et proposer de la Haute Cuisine pour le plus grand plaisir du consommateur! Il travaille en collaboration étroite avec Thierry Marx, grand Chef médiatique spécialiste de la cuisine moléculaire. Un des jurés de l’émission Top Chef sur M6, il est depuis arrivé à la tête de la restauration du Mandarin Oriental Paris. Fondateur du Foodlab, situé au Laboratoire en plein cœur de Paris, ils effectuent leurs recherches dont les expériences culinaires sont aux frontières de l’artscience. Ensemble, ils aiment revisiter les traditions culinaires, et proposent une cuisine secondée par la science. Place à l’article de Raphaël Haumont où il nous expose son point de vue sur la cuisine moléculaire et sa volonté de promouvoir la cuisine rationnelle.

http://blog.mysciencework.com/2011/07/10/qu%E2%80%99est-ce-que-la-cuisine-moleculaire.html

Hervé This physico-chimiste dans le Groupe de Gastronomie Moléculaire, au Laboratoire de chimie d’AgroParisTech (UMR 1145 INRA/AgroParisTech), professeur consultant à AgroParisTech, secrétaire de la Section VIII de l’Académie d’Agriculture de France, directeur scientifique de la Fondation Science & Culture Alimentaire (Académie des sciences). Il est le co-créateur, avec Nicholas Kurti, de la discipline scientifique nommée gastronomie moléculaire. Ingénieur de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie de Paris (ESPCI) , il est aussi Conseiller scientifique de la revue Pour la Science et chargé d’enseignements à Sciences Po Paris. Parmi les réalisations dont il n’y a pas de raison d’être honteur : – introduction des Ateliers expérimentaux du goût dans les écoles primaires, – création du programme pédagogique de l’Institut des hautes études du goût, de la gastronomie et des arts de la table – Ateliers Science & Cuisine pour les Collèges et les Lycées – création de la cuisine moléculaire – création de la « Cuisine Note à Note », la prochaine grande tendance culinaire.

http://www.cuisinecollective.fr/dossier/this/articles.asp

Présentation de la rubrique PUBLICATIONS

Ce carnet de recherches a pour objet l’étude des institutions sociales et politiques. Son objectif est d’analyser les phénomènes d’émergence et les dynamiques institutionnelles en produisant des billets autour de différents travaux scientifiques en cours, commentaires sur l’actualité et réflexions épistémologiques issues des autres sciences.

Les ouvrages présentés émanent des membres du projet international de collaboration scientifique [PICS] LABSTITUTION et des personnes invitées au séminaire « Petit Pragmatiste », séminaire PACTE/Sciences Po lancé à la rentrée 2008.

Vous trouverez les autres documents/informations/publications dans la rubrique « A voir / We like ».

Les publications sont classées suivant deux axes :

– Le premier « Au sujet des institutions / About institutions » regroupe les ouvrages théoriques relatifs aux émergences/dynamiques/changements institutionnels et la mise en place de normes (sanitaires, opinion publique, autorité académique). http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-institutions-about-institutions

– Le deuxième « Au sujet des biotechnologies – administration du vivant » regroupe les ouvrages portant sur l’économie du vivant et ses transformations. L’idée est d’utiliser le vivant comme traceur pour suivre les émergences/dynamiques et production de normes institutionnelles.

Un premier onglet renvoie à l’administration des individus et des populations : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-de-ladministration-du-vivant-regulating-the-living

Un second onglet regroupe les travaux sur la production des biotechnologies rouges en lien avec les dynamiques institutionnelles : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-biotechnologies-about-biotechnologies

Un troisième onglet regroupe les travaux sur la production des biotechnologies vertes en lien avec les dynamiques institutionnelles : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-biotechnologies-vertes-about-green-biotechnologies

MILITANTISME MEDICAL et fabrique des politiques de santé

Quaderni N° 68, Hiver 2008-20

Militantisme médical et fabrique des politiques de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dossier : Militantisme médical et fabrique des politiques de santé/Medical Advocacy and Implementation of Health Policies

– Virginie Tournay, « Avant-propos : ce que revendiquer veut dire. Éléments pour une pragmatique de la monstration ».
– Carlos Novas, « Orphan drugs, patient, activism and contemporary healthcare ».
– Michel Castra, « L’émergence des soins palliatifs dans la médecine, une forme particulière de militantisme de fin de vie ».
– Philippe Warin, « Medical activism and performance engineering : the case of associative health centres ».
– Francis Sanseigne, « Médicaliser l’action en faveur de la contraception : le Planning Familial, du scandale à la stratégie de l’objectivité ».
– Brigitte Chamak, « Autisme et militantisme : de la maladie à la différence ».
– Sandrine Musso, « Faire preuve par l’épidémiologie : lectures «indigènes» des chiffres du sida en France ».

Notes de recherche

– Sophie Dalle-Nazébi et Nathalie Lachance, « Quand les acquis d’un mouvement social créent les conditions d’un militantisme médical : l’exemple des sourds ».
– Wilfried Lignier, « Comment la question des enfants « surdoués » est-elle devenue scientifiquement sérieuse en France (1971-2007) ? ».
– Hannah Gilbert, « Regards croisés dans la salle d’attente d’un hôpital. Un lieu de fabrication des connaissances durables ».

Technique
– Jean-Paul Fourmentraux, « L’œuvre en actes : arts, médias et communications numériques ».

Communication
– Pierre Musso, « La télévision publique, nouvelle école de la république ? ».

Politique
-Cynthia Ghorra-Gobin, « Barack Obama, 44e président des États-Unis : événement historique ou simple figure symbolique ? ».
– Mathieu Quet, « S’indigner à nouveau : réflexion sur un dispositif de désignation de l’injustice ».

 

LE THANATOPOUVOIR – Politiques de la mort

 

Sommaire :

 

 

 

 

 

 

LE THANATOPOUVOIR : POLITIQUES DE LA MORT

  • Du biopouvoir au thanatopouvoir
  • La peine de mort en République, un « faire mourir » souverain ?
  • Le pro patria mori et le mystère de l’héroïsme
  • Stabiliser l’incertitude, les procédures juridiques républicaines de dévolution du pouvoir à l’épreuve de la mort du président Carnot (1894)
  • La légalisation de l’euthanasie : l’arrêt de soin peut-il être considéré comme une mort naturelle ?
  • Encadrer la liberté : le statut et la destination des cendres dans le projet de réforme de la législation funéraire (2005-2006)
  • La « productivisation » de la mort : mort encéphalique et transplantation d’organes
  • COMMUNICATION
  • A nos morts, Médiatiser la mort au champ d’honneur : un enjeu mémoriel et politique
  • POLITIQUE
  • La « francophonie » : définitions et usages
  • TECHNIQUE
  • La télé-médecine ou la double exclusion du médecin et du patient
  • LIVRES
  • « Le Cap des Tempêtes, essai de microscopie du droit » de Lucien François
  • « L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle » de Pascal Bastien
  • « La religion du monde industriel, Analyse de la pensée de Saint-Simon  » de Pierre Musso

LES PROMESSES DE LA BIODIVERSITE

Quaderni, n°76/automne 2011

Les promesses de la biodiversité
Édité par Céline Granjou et Isabelle Mauz
S’il n’est pas récent, le mouvement de mise à l’agenda de la biodiversité connaît aujourd’hui un regain d’actualité symbolisé par la labellisation « 2010, année internationale de la biodiversité ». On assiste ainsi à la mise en place d’institutions inédites qui relaient de nouveaux cadres de pensée de la nature tels que la notion de « 6e extinction », de « services écosystémiques », de « trame verte et bleue »… L’objectif de ce numéro de Quaderni est d’explorer les processus récents et en cours d’institutionnalisation de la biodiversité. La biodiversité fournit en effet un cas d’école pour observer et analyser des mécanismes propres à la mise en place d’une gouvernance internationale de l’environnement, dans laquelle la science ne joue pas un rôle en amont ou à côté des processus proprement politiques mais est étroitement intriquée dans la genèse et l’expérimentation des nouvelles institutions de la biodiversité. On a affaire d’emblée à un ensemble de processus, de collectifs et d’instruments à diverses échelles géographiques, marqué par la mise en place d’arènes hybrides mêlant acteurs politiques, scientifiques, économiques , gouvernements et ONG…

Ce numéro part du constat que les nouvelles institutions de la biodiversité – au sens large du terme- s’ancrent dans des catégories de pensée et d’action qui renvoient à des scénarios du futur alliant diagnostics d’alerte environnementale et formes de rationalisation visant à en (ré)assurer la maîtrise. Même si ces deux types de scénarios sont la plupart du temps liés dans les dispositifs de connaissance et de gestion de la biodiversité, on distinguera pour l’analyse les « scénarios de malheur » et les « scénarios de maîtrise ».

Les promesses de la biodiversité
Céline Granjou et Isabelle Mauz, « Avant-propos : gouverner par les scénarios ? Comment les institutions gouvernementales anticipent l’avenir de la biodiversité » ;

Isabelle Mauz, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIème siècle » ;

Libby Robin,  » The rise of the idea of biodiversity: crises, responses and expertise »;

Elsa Faugère, Olivier Pascal, « La fabrique de l’information : le cas des grandes expéditions naturalistes contemporaines » ;

Michel Daccache, « la rationalisation économique du rapport à la biodiversité : éléments d’ethnographie » ;

Florian Charvolin, Raphaël Mathevet, Ruppert Vimal « Les Trames verte et bleue et son public » ;

Chunglin Kwa, Mieke van Hemert, « Engineering the Planet: the issue of biodiversity in the framework of climate manipulation and climate governance ».


Politique
Pascal Durand, « Soma ou novlangue ? A propos des nouveaux mots du pouvoir » ;

Fabrizio Cantelli, « La plainte comme un droit ? Médiation, politiques publiques et droits des patients » ;

Nicolas Oliveri, « Logiciel libre et open source : une culture du don technologique ».

Livres
Freud et la Science : éléments d’épistémologie (Frédéric Forest), par Michel Daccache ;
Télévision et justice (Marie-France Houillon et Yannick Lebtahi (dir.)) par Hélène Monnet-Cantagrel

 

L’EVALUATION DE LA RECHERCHE : pour une réouverture des controverses

Quaderni, N° 77, Hiver 2011-20 : L’évaluation de la recherche : pour une réouverture des controverses

Par Séverine Louvel

Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, classement de Shanghai des universités, classements des revues, définitions du chercheur publiant… L’évaluation est aujourd’hui omniprésente dans la recherche, et consubstantielle aux politiques scientifiques. On connait bien la généalogie de ces dispositifs, et le projet politique qui les motive. On en déduit parfois qu’ils font advenir un monde nouveau (faits de facteurs d’impact, de taux de citations, de recherche innovante, etc.) et véhiculent des prescriptions anthropologiques (l’avènement du chercheur publiant, conformiste, stratège…).

Ce dossier thématique de Quaderni interroge le caractère mécanique, ou manichéen, de cette hypothèse. Soulignant la diversité des usages concrets de dispositifs d’évaluation en vigueur dans plusieurs pays, il suggère que les effets de l’évaluation ne sont pas une affaire entendue, mais qu’ils demeurent un objet controversé.

 

SOMMAIRE

Séverine Louvel, « Avant-propos : Réinterroger l’évaluation comme technologie de « pilotage à distance » ».

David Pontille et Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES ».

Julie Bouchard, « La fabrique d’un classement médiatique de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Silke Gülker, Dagmar Simon et Marc Torka, « Evaluation of science as consultancy ».

Lise Gastali et Caroline Lanciano-Morandat, « Les dispositifs d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche : quel devenir pour des établissements singuliers ? ».

Marc Vanholsbeeck, « Entre qualité prescrite et qualité souhaitable : l’ambivalence des chercheurs en communication face à l’évaluation de leurs publications ».

Matthieu Hubert, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens ».

Politique

Alexandre Eyries, « Du récit gaulien au storytelling franco-américain : histoires d’une trajectoire ».

Julien Charles, « Ethnographie d’une réduction cartographique des engagements participatifs ».

Pierre Minkala-Ntadi, « La presse ongolaise dans la tourmente politique : l’illustration d’une tension entre liberté d’expression et responsabilité sociale ».

Communication

Pablo Medina, « L’impact stratégique de la consommation online des hôpitaux : le cas du cancer dans les pays européens francophones ».

 

 

DES PATRONS AUX MANAGERS : Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970

Par Séverine Louvel, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Financements, évaluation de la recherche, partenariats socioéconomiques, études doctorales, gestion des carrières scientifiques… La recherche publique connaît, ces dernières décennies, des mutations accélérées, dont les conséquences concrètes restent encore mal connues. L’ouvrage examine comment les transformations profondes du système français de recherches travaillent conjointement l’organisation, les activités et la culture des laboratoires académiques, des années 1970 aux années 2000. Pour éviter tant les biais rétrospectifs que les scénarii généraux, l’auteur a mené une enquête d’un an dans trois laboratoires de sciences de la vie, et exploré, au moyen d’archives et d’entretiens, les dynamiques microsociologiques du changement. Croisant sociologie des professions, sociologie des organisations et études sociales sur les sciences, l’auteur analyse les changements majeurs des stratégies individuelles et collectives, des modes d’exercice de l’autorité, ainsi que des formes de coopération dans les laboratoires académiques. L’ouvrage montre que les laboratoires passent d’une organisation dirigée par des a patrons qui érigent et contrôlent un domaine scientifique, à une organisation gérée par des managers qui conduisent des projets dans un environnement concurrentiel. Il analyse la transition dans cinq domaines : les stratégies scientifiques (chapitre I) ; la gestion des carrières (chapitre II) ; le financement (chapitre III) ; l’évaluation (chapitre IV) ; la formation des doctorants (chapitre V). Les laboratoires, loin d’être des réceptacles passifs de forces économiques et institutionnelles, sont aussi les moteurs de leurs trajectoires. Ainsi, l’ouvrage réfute-t-il une interprétation mécanique du changement, doublée d’une vision quelque peu monolithique du monde de la recherche, pour dégager les modèles d’action locaux par lesquels les laboratoires se repositionnent dans des contextes en mutation. Un livre éclairant au moment où l’on s’interroge sur l’entrée, à marche forcée, 4 du système français de recherches et d’enseignement supérieur dans une nouvelle ère (Agence Nationale de la Recherche, loi relative aux libertés et responsabilités des universités, Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, opération Investissements d’Avenir du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, etc.).

 

Table des matières

STRATEGIES SCIENTIFIQUES ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT
RECRUTEMENT ET CARRIERES
FINANCEMENTS CONTRACTUELS, ACCES ET GESTION COLLECTIVE
DISPOSITIFS D’EVALUATION DES EQUIPES ET DES CHERCHEURS
DOCTORAT ET TRANSFORMATION DE LA CULTURE ACADEMIQUE

 

LA GUILLOTINE AU SECRET – Les exécutions publiques en France (1870-1939)

L abolition de la peine de mort en France en 1981 a longtemps éclipsé un événement tout aussi marquant : la suppression du caractère public des exécutions en 1939. Car depuis la Révolution, la mise à mort était un rituel de violence qui pouvait attirer plusieurs dizaines de milliers de curieux. Une cérémonie de rue, nocturne et trouble, où se pressent badauds et bourgeois désireux de voir les bois de justice, l exécuteur, et des criminels plus ou moins célèbres. Et les occasions ne manquent pas, car sous la IIIe République on compte des centaines d exécutions publiques dans des dizaines de villes, dont bien sûr Paris. A quoi ressemblait ce théâtre sanglant de la guillotine ? Et comment a-t-il fini par être relégué à l intérieur des prisons ? A partir d archives judiciaires, policières, des carnets du bourreau Deibler, et de sources d une époque hantée par le crime et les faits divers, cet ouvrage analyse la progressive contestation du spectacle de l exécution. Cette mise au secret s opère sous l impulsion de plusieurs mouvements concomitants : sensibilités heurtées des élites, et notamment de journalistes qui s identifient au supplicié, concurrence de l emprisonnement, ou encore répugnance des autorités à organiser un guillotinage, quand elles peuvent simplement communiquer par voie de presse sur sa bonne tenue. Au croisement de la science politique, de l anthropologie et de l histoire des mentalités, ce livre met au jour les mécanismes par lesquels la République a civilisé la peine capitale.

Table des matières

LA CONCURRENCE ENTRE PUBLICITE LEGALE ET PUBLICITE JOURNALISTIQUE
LES REPRESENTATIONS CONSERVATRICES DE L’EXECUTION
L’IMPOSSIBLE ASSIGNATION DU LIEU D’EXECUTION
LA CRISE LITURGIQUE DU RITUEL EXECUTIONNAIRE
REGARDER L’EXECUTION
LA MISE AU SECRET D’UN RITUEL D’OBEISSANCE : DE LA LEGITIMATION A LA CIVILISATION

ANR « Jeunes chercheuses – Jeunes Chercheurs » – THERACELS

Les usages médicaux des cellules souches humaines à l’épreuve de la réglementation


La problématique scientifique de cette recherche consiste à dégager et à décrire les répertoires d’action collectifs qui vont édicter des normes et des standards applicables à des pratiques biomédicales informelles/émergentes utilisant des cellules souches humaines. Ces répertoires s’appuient aujourd’hui sur le fonctionnement des agences sanitaires. En suivant l’histoire récente des dispositifs publics, l’agence – nouvelle structure réglementaire appliquée à la police sanitaire – donne lieu à des articulations innovantes entre l’expertise scientifique et la construction réglementaire. Ceci est visible principalement dans les dispositifs d’autorisation des activités liées aux produits de santé issus du corps humain. Ces établissements à caractère hybride, disposent simultanément d’une forte professionnalisation juridique et d’une culture matérielle particulière à la fabrication des produits de cellules humaines.

Le programme scientifique vise à satisfaire les deux objectifs suivants :

OBJECTIF 1 : Retracer une généalogie des controverses portant sur les usages médicaux des cellules humaines ainsi que les standards de recherche progressivement adoptés. Cet objectif permettra d’appréhender le déplacement de controverses scientifiques et de revendications sociales (ou éthiques) portant sur l’autonomie des individus vers l’émergence d’un savoir expert objectif, incrusté dans les conduites administratives.

OBJECTIF 2 : Reconstituer l’histoire du travail administratif (inspection des établissements, évaluation des dispositifs, établissement des contrôles de la qualité et mise en oeuvre de la traçabilité) applicable aux activités médicales faisant spécifiquement intervenir les cellules du corps humain (cellules différenciées, cellules embryonnaires) en liens avec l’évolution des pratiques de laboratoire. Cet objectif permettra démontrer l’interdépendance des contraintes administratives et de l’alignement des pratiques dans les différents établissements de santé.

DE l’ORIGINE DES INSTITUTIONS – VIE ET MORT DES AGENCEMENTS SOCIAUX

Vie et mort des agencements sociaux : de l’origine des institutions / Virginie Tournay. Paris : PUF, 392 pages, 2009. [Politique éclatée (la)].

Pourquoi un assemblage provisoire de solidarités humaines se prolonge-t-il au point parfois de former un collectif stable marqué par une puissance d’expression et de survivre à celui qui en a été l’initiateur ? Bien que l’institution soit aisément descriptible en termes de totalité isolable délimitée par des frontières, cette découpe du social n’est qu’une expérience sensible parmi d’autres et elle varie selon l’échelle d’observation. Les controverses qui entourent sa définition nous rapprochent de celles des naturalistes concernant la notion d’espèce biologique il y a plus de deux siècles. Elles posent la question de leur mode d’existence.

Cet ouvrage envisage de distinguer les agencements sociaux à partir de leurs mouvements. Il traite du mouvement de la matière sociale dont l’institution ne figure que comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Par analogie avec l’échelle de Jacob, les agencements sociaux montent et descendent les échelles de l’être.

 

Table des matières

I. — Introduction. Pourquoi la girafe a-t-elle un long cou ?

Petit préambule autour des espèces et autres agencements sociaux

- L’institution en question : un détour par l’histoire naturelle pour discuter de cet agrégat social
- L’institution en émergence : pourquoi existent-ils des agrégats sociaux plutôt que rien ?
- L’institution en évolution : repérer les paliers classificatoires
- Les sciences du politique et la texture de la matière sociale

II. — La fabrique de l’histoire

Réflexions sur le pouvoir du monde écrit : Dire, Faire et Représenter l’Histoire

- Le régime historiographique : produire un récit certifié des phénomènes sociaux
- Dire l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils reliés entre eux ?
- Faire l’histoire : pourquoi les faits passés existent-ils encore aujourd’hui ?
- Représenter l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils partagés par tous ?
- Produire la vérité historique. Quand le thermomètre fonde une agence d’État

III. — La fabrique de l’action collective

Réflexions sur le pouvoir de la solidarité : Désirer, Développer et Inscrire durablement l’action collective

- Le régime de la monstration : des formes élémentaires de coopération à la puissance publique
- Désirer l’action collective : pourquoi les acteurs agissent-ils solidairement ?
- Développer l’action collective : pourquoi les solidarités diffèrent ?
- Inscrire durablement l’action collective : pourquoi certaines solidarités sont-elles convaincantes ?
- Produire un agrégat social aux contours nets. Le rôle central de la calibration

IV. — Conclusion. La girafe a un long cou parce qu’il y a plusieurs manières d’être un tout

Esquisse d’une texturologie du social

- Le désir comme énergie pratique de solidarité
- Plaidoyer pour une sociologie institutionnelle : l’échelle de Jacob des institutions

L’OPINION ET SES PUBLICS. UNE APPROCHE PRAGMATISTE DE L’OPINION PUBLIQUE

Pour de nombreux sociologues, l’opinion publique n’existe pas, il s’agit d’un artefact créé par des instruments, les sondages. Et pourtant, si l’opinion publique n’existe pas, les controverses se multiplient et créent leurs propres publics. Les dispositifs d’enquête doivent donc changer de perspective pour rendre compte, moins d’une opinion publique une et indivisible, que de la dynamique des arguments et de la plasticité des publics.
Il s’agit aujourd’hui de restituer la parole des « agents ordinaires », leurs images, leurs récits et leurs arguments, qui forment des « lieux communs » sur un problème qui les concerne, et d’identifier ainsi des publics, grâce à des sondages expérimentaux considérés comme des scènes publiques, ou des formes de coordination collective qui peuvent comporter trois dimensions : le partage d’une identité, l’accord sur un diagnostic (cause, responsabilité, solution) et l’engagement dans une action collective.
Un ouvrage qui renouvelle la réflexion sur le rôle des sondages à l’heure d’Internet, des jurys citoyens et de la démocratie participative.

LES METAMORPHOSES DE L’EXPERTISE. Précaution et maladies à prions

Par Céline Granjou et Marc Barbier
Les auteurs proposent un regard rétrospectif sur une période fondatrice d’une réforme de l’expertise liée aux crises sanitaires des années 1990. La place occupée par la dynamique scientifique du domaine des prions dans les relations entre science et décision publique invite en effet à voir dans la « vache folle » une puissante machine à questionner les modalités et le sens d’une transformation profonde et durable des façons de gouverner les risques sanitaires. C’est tout particulièrement la structuration inédite d’une référence à la précaution, à travers la constitution d’une conscience réflexive des experts vis-à-vis de la fonction politique de leur travail, qui est ici explorée. Un livre éclairant au moment où les grippes à répétitions tendent à construire un état de surveillance généralisée. Cet ouvrage apporte une contribution originale qui intéressera autant les chercheurs en sciences sociales que les décideurs.

Préambule

Introduction

Quelle place pour l’expertise scientifique dans une démocratie technique ?

Sortir du « mythe participatif »

L’autorité du spécialiste : entre dénonciation et fondement de la possibilité d’une expertise

Une sociologie pragmatique des experts au travail

Une approche pragmatique et diachronique

Les matériaux d’enquête

Les transformations de l’expertise sur les maladies à prions

Chapitre 1. Naissance d’un régime de production de connaissances sur les maladies à prions et première structuration de la recherche en France

La constitution d’un domaine de recherches sur les ESST

La rupture épistémique du régime de production de connaissances sur les ESST

Caractérisation de la dynamique du domaine « maladies à prions » par des traitements scientométriques

De l’intérêt d’une approche par l’étude des connaissances scientifiques publiées

Quelques éléments de caractérisation simple par comptage dans des bases de données

Caractérisation par les réseaux de copublications

Caractérisation par l’évolution des motifs lexicaux

Interprétation de l’évolution du domaine des « maladies à prions »

La structuration tardive de la recherche française

Comment des « curiosités scientifiques » accompagnent la naissance de questions de santé publique

Du côté de la santé animale : « A novel progressive encephalopathy in cattle », un signal fort déclenchant

Du côté de la santé humaine : l’effet déclencheur de l’hormone de croissance

Naissance d’une non-politique de recherche

« Preuves ou pas preuves ? » Telle est la question !

L’effort français en matière de recherche sur les ESST et les maladies à prions : le rôle central de l’urgence, de la deuxième crise de l’ESB et du comité Dormont

La mise en place d’un programme de recherche sur ESST

La poursuite et l’intensification de l’effort public

La deuxième crise de l’ESB et la création du GIS « Infections à prions »

Dynamique de structuration de la recherche par les appels d’offre

Analyse interprétative des effets de la structuration

Conclusion
Chapitre 2 : Être expert d’un comité à l’autre : les transformations du style d’expertise

Figures d’experts

Un comité à géométrie variable

Des activités diverses et hétérogènes

Participation et démobilisation

Médecins, vétérinaires et chercheurs

Une expérience « extraordinaire », mêlant recherche et expertise

Les fondamentalistes et les cliniciens

Pratique(s) de la collégialité

Les « super-experts » et les autres

Consensus ou collégialité…

L’apport du débat : exemple de quelques genèses d’avis

Le rôle du président dans la pratique de la collégialité

L’AFSSA : un nouveau style d’expertise

Une technicisation de l’expertise

Les compétences du nouveau comité

De l’état de l’art scientifique à l’évaluation de la gestion du risque

Une adhésion difficile à une mission d’expertise technique

Les experts à la paillasse

Une activité de production scientifique ad hoc

Pratique démonstrative versus pratique délibérative de l’expertise

Statistiques et calculs de sur-risque : une expertise déléguée

L’expert statisticien

Un débat rendu difficile

Chapitre 3 : Être expert face au politique : les transformations d’une pratique de la précaution

Le comité Dormont : une « pragmatique de la précaution »

Le souci du partage des rôles : des discours à l’écriture

Une revendication forte de séparation entre le scientifique et le politique

Les enjeux du travail d’écriture : du factuel au normatif

Précaution, prudence, bon sens et intuition : les « prises » du jugement expert

Les références à la précaution dans les avis du comité Dormont

De la prudence au bon sens : la fabrication d’un jugement expert

La genèse des avis : une « pragmatique de la précaution »

La première auto-saisine de mai 1996

Une écriture d’équilibriste : études de quelques genèses d’avis

L’AFSSA, ou la science au service de la santé publique

Le système des agences : un dispositif de purification de l’expertise au service de la sécurité sanitaire

Les premiers principes

Purifier l’expertise

Le comité ESST : l’indépendance au service de la précaution

Des exceptions au droit commun

L’objectivité scientifique au service de la précaution

Les chiffres de la précaution

Calculs de sur-risque et marges de précaution

Un exemple de coproduction de l’estimation du sur-risque : l’avis sur la levée de l’embargo

Le risque réel, du comité Dormont à l’AFSSA

Le comité Dormont, ou l’apprentissage des enjeux du « risque réel »

La « saga » du retrait des intestins bovins

L’AFSSA : l’évaluation de la gestion du risque

Bilan : la contribution des experts à la fabrique de la précaution

Chapitre 4 : Être expert face aux citoyens : les enjeux de la formulation du risque

Introduction

Les effets d’une déontologie de l’écriture sur la production d’un standard de jugement en situation d’incertitude

Argumenter les avis

Consensus et divergences

Richesse et diversité des références à l’incertitude

La contribution de l’expertise à la carrière des problèmes publics

La dimension médiatique de l’expertise

Publiciser le risque : un enjeu controversé

Précaution et « nouvelles visibilités »

Pour une contribution au débat sur la légitimité de l’expertise

Purification et efficacité : la double contrainte de l’expertise

Pratique des objections et expertise réflexive

L’autorégulation de l’expertise : une pratique des objections

Les termes d’un débat sur l’expertise

La réflexivité, critère de qualité de l’expertise ?

Expertise réflexive et démocratique technique

Conclusion : Un nouveau rapport au savoir ?

Principaux sigles et abréviations

Références bibliographiques