État des lieux, les lieux de l’État

 

État des lieux, les lieux de l’État est un livre avec des images sur un corps : celui des fonctionnaires de l’État. Une approche photographique contemporaine associée à une analyse de la réforme de l’État dans ses conséquences et effets sur les agents de la fonction publique. Parution aux éditions Libel.

http://www.kisskissbankbank.com/projects/etat-des-lieux-les-lieux-de-l-etat
Déjà maintes fois réformée, la fonction publique connaît de nouveaux remaniements à l’occasion de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques). Le photographe David Desaleux a choisi de s’y intéresser, en posant son appareil dans les bureaux de l’ancienne DDE de Lyon. Deux chercheurs (Emmanuel Martinais et Julien Langumier) ont apporté leurs concours à cette première approche.

 

 

 

 

 

 

Pendant une année, les auteurs ont suivi le déménagement de l’ex-DDE de Lyon et son énième remaniement pour rendre compte des lieux et de la parole de ses fonctionnaires : un voyage au cœur d’une fonction publique en plein bouleversement, qui questionne à la fois son rôle et son avenir.  Le tout présenté dans un livre-objet préfacé par Sylvain Maresca, sociologue, spécialiste des usages et pratiques des images dans les sciences sociales

 

Les technologies de l’espoir – la fabrique d’une histoire à accomplir

Les technologies de l’espoir : la fabrique d’une histoire à accomplir . sous la direction de Annette Leibing et Virginie Tournay. Presses de l’Université de Laval, juin 2010 (Sociétés Culture et Santé). ISBN 2763789951

I. Introduction

Les technologies de l’espoir : un cadre théorique pour des raisons pratiques, Annette Leibing (Université de Montréal) et Virginie Tournay (UMR Pacte, CNRS, IEP Grenoble)

- Les technologies de l’espoir : un cadre d’analyse au quotidien
- Au-delà du concevable et de l’improbable : ce qu’espérer veut dire
- L’espoir comme moteur social

II. Des revendications à la fabrique d’une histoire à accomplir

- Tourisme de cellules souches, désespoir et pouvoir des nouvelles thérapies, Ayo Wahlberg (London School of Economics) et Thomas Streitfellner (Université de Vienne)

- Entre science et utopie, le corps transfiguré des nanotechnologies, Céline Lafontaine et Michèle Robitaille (Université de Montréal)

- Le Prozac et le récit de l’espoir au féminin, Jonathan M. Metzl (Université de Michigan)

- Technique et humanisation : L’art de la restauration du cadavre comme nouvelle esthétique de la « bonne mort », Mélanie Lemonnier et Pascale Trompette (CNRS Grenoble)

- La plastination, une technique d’incarnation des espoirs scientifique, s Liselotte Hermes da Fonseca (Max Planck Institute Halle)

- Vérités, attentes, spectacles et consommations. À propos de l’ultrasonographie obstétrique dans les cliniques de Rio de Janeiro, Lilian Krakowski Chazan (State University of Rio de Janeiro)

- Espoir et religion dans le contexte clinique. Le traumatisme, la mort et les limites de la biomédicine, Wilson Will (McGill University)

III. Les technologies de l’espoir : Une histoire qui se répète ?

- Une nouvelle économie de la promesse : cancer, risque et biotechnologies, Jean-Paul Gaudilliere (CERMES, INSERM-EHESS Paris)

- La trajectoire compliquée d’une innovation biomédicale : Les débats sur la chimioprévention du cancer de sein, Ilana Löwy (CERMES, INSERM Paris)

- Les (dés)espoirs du cerveau : neuroascèse et neuroéthique, Francisco Ortega (State University of Rio de Janeiro) et Fernando Vidal (Max Planck Institute Berlin)

- Précaution ou eugénisme ? Risques et promesses de la sélection génétique animale appliquée à des fins de santé publique, Céline Granjou (Cemagref Grenoble)

 

La gouvernance des innovations médicales

La gouvernance des innovations médicales / sous la direction de Virginie Tournay. Paris : PUF, 2007 (Col. Politiques Eclatées), 344 p., 25 euros.

Vers une science politique pragmatique : Les sciences historiques, les mobilisations collectives et l’action publique à l’épreuve de l’objet médical mondialisé

Et si l’innovation médicale était un long processus continu de transformations sociales plutôt qu’un simple intermède historique ? Cette question atypique mérite qu’on porte attention aux situations où se mêlent et s’entremêlent controverses sociales et expertises technologiques.

Cet ouvrage interroge le succès de l’innovation d’hier et d’aujourd’hui à partir des pratiques concrètes des chercheurs, des associations de patients, de l’industrie du médicament et des historiens qui la relatent … En permettant la montée en puissance de débats autour de technologies annoncées comme prometteuses avant même qu’elles n’existent et ne soient concrètement intégrées dans la société civile, les revendications militantes sont des ingrédients indispensables à la fabrique de l’innovation.

Imbroglio d’expertises scientifiques et de contestations sociales, de revendications et de démonstrations scientifiques, la fabrique de l’innovation médicale n’est pas seulement un progrès technique, c’est surtout et avant tout, une transformation radicale de nos sociétés contemporaines.

Table des matières

Préface : Les mutations de l’action publique sanitaire, par Dominique Vinck et George Weisz

Introduction : Comment inscrire durablement les revendications militantes, les pratiques sociales et les récits historiques ?, par Virginie Tournay

1- Ecrire l’histoire, militer et normaliser : différentes modalités d’une même expression politique
- Une sociologie vitaliste pour saisir le tangible
- Projeter et enquêter pour fabriquer une innovation médicale et gérer les alertes sanitaires

2- L’objet médical mondialisé : un terrain de prédilection pour une contribution pragmatique à la science politique
- Une ingénierie gouvernementale qui fabrique l’histoire, objective et standardise
- Etudier la puissance d’expression politique à partir de l’objet médical

3- Une sociologie de la fondation pour penser l’efficacité politique
- Penser symétriquement construction argumentative et efficacité politique
- Revendiquer ou démontrer : deux manières distinctes de vivre-ensemble

4- Ce que standardiser veut dire. L’importance des « possibles non advenus »
- Des revendications à la production d’un armistice social : une affaire de standardisation
- Une histoire de la persuasion politique superposable à celle de l’objectivité scientifique

 

Première partie : Standardisation et historiographie médicale 
1- Standardisation et historiographie médicale, par Virginie Tournay
2- La naissance de la médecine sociale, par Colin Jones
3- L’urgence médicale, par Bernard Valade
4- De l’expérimentation comme norme thérapeutique, par Simone Bateman
Deuxième partie : Standardisation et objectivité médicale
1- Standardisation et objectivité médicale, par Virginie Tournay
2- Les mutations politiques du monde médical, par Nicolas Dodier
3- Objectivité régulatoire et systèmes de preuves en médecine, le cas de la cancérologie, par Alberto Cambrosio, Peter Keating, Pascale Bourret
Troisème partie : Standardisation et militantisme médical
1- Standardisation et revendications, par Virginie Tournay
2- La modernisation du statut de l’usager, par Christelle Routelous
3- Renouvellement des formes de participation et de contestation, par Volona Rabeharisoa
Quatrième partie : Standardisation et contrôle des substances thérapeutiques 
1– Standardisation et contrôle des substances thérapeutiques, par Virginie Tournay
2- Les enjeux politiques de la régulation sanitaire des produits pharmaceutiques, par Boris Hauray
3- Les contrôles des produits de thérapie cellulaire, par Béatrice Panterne
4- Vers une nouvelle régulation du médicament ?, par Jean-Paul Gaudillière
 Cinquième partie : Ce que standardiser veut dire
1- Chirurgie et génétique médicale : Un même style de standardisation pour produire l’objectivité médicale , par Virginie Tournay
2- Perspectives des Amériques, par Raùl Antonio Necochea Lopez
3- Les travaux de Thomas Schlich ou la chirurgie moderne, par Virginie Tournay
4- Conclusion : Notes sur standardisation et régulation de la médecine, par Ilana Löwy

- Médecine et « objectivité aperspective »
- Etude des populations et traitement des individus
- Standardisation, régulation et construction des faits scientifiques
- Le prix d’une valeur sans prix ; la médecine dans et hors le marché
- Les oubliés de la standardisation

Projet international de collaborations scientifiques France Canada – LABSTITUTION

La gouvernance des cellules souches comme laboratoire social pour expérimenter les transitions institutionnelles. Etude comparée de réseaux émergents franco-canadiens.
Stem cell governance as a social laboratory for testing institutional transitions. Comparative studie of franco-canadian emerging networks.

Porté par

Virginie Tournay et                                                                                                                                                                         Annette Leibing

 

 

 

 

 

L’objectif de cette recherche est d’établir les formes de régulation à l’origine d’une gouvernance internationalisée autour des cellules souches en nous appuyant sur un comparatif franco-canadien.

– 1) Cette étude devrait permettre de renforcer les relations entre les différentes équipes canadiennes en faisant un état, à rythme régulier, de l’avancée des travaux en cours.
– 2) Discuter ce qui fonde la consistance institutionnelle de réseaux de pratiques en voie d’internationalisation dans une perspective pragmatique.
– 3) Poser les bases à une formation à la recherche par la participation d’étudiants des deux continents.

 L’objectif de cette recherche est de développer une sociologie des institutions à partir des outils particuliers aux approches pragmatiques et aux travaux anglo-saxons s’inscrivant dans la lignée des Sciences and Technology Studies (STS).

Notre cadre croise également les sciences de gouvernement, les relations internationales et les approches par les instruments.

The inner life of a cell

The inner life of a cell

The Inner Life of a Cell, an eight-minute animation created in NewTek LightWave 3D and Adobe After Effects for Harvard biology students, won’t draw the kind of box office crowds that more ferocious˜and furrier˜digital creations did last Christmas. But it will share a place along side them in SIGGRAPH’s Electronic Theatre show, which will run for three days during the 33rd annual exhibition and conference in Boston next month. Created by XVIVO, a scientific animation company near Hartford, CT, the animation illustrates unseen molecular mechanisms and the ones they trigger, specifically how white blood cells sense and respond to their surroundings and external stimuli.

Problématique / Issue

L’institution est-elle une espèce comme une autre ? Peut-on concevoir l’institution comme une forme particulière de solidarités humaines soumise à la sélection naturelle ? Répondre à cette question suppose d’étudier les agencements sociaux en faisant varier notre focale d’observation. Un peu comme le ferait un biologiste qui ajusterait la lunette de son microscope pour caractériser une myriade de cellules en culture et découvrir, de près, que les frontières s’effacent, deviennent imprécises et inconsistantes. L’institution ressort comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Ce collectif isolable et délimité laisse alors la place à une matière sociale en mouvement dénuée de bords et de coutures … Les institutions consolidées sont des achèvements précaires, renégociées en permanence, dont il ne s’agit pas tant de présupposer de leur assise que de suivre le processus d’acquisition de cette stabilité. A partir de cette hypothèse, la plateforme de recherche propose de suivre et de discuter les dynamiques institutionnelles en produisant des billets autour de différents travaux scientifiques, commentaires sur l’actualité et réflexions épistémologiques issues des autres sciences.
________________________

Is the institution a natural species like any other? Can we understand the institution as a specific form of human solidarity that is subject to natural selection? To answer this question, the objective of this research group founded in 2008 – is to study these social arrangements and vary the distance at which we observe them. Like a biologist who adjusts the bezel over a microscope to distinguish various cell cultures, and discovers that, up close, borders disappear, become blurred and inconsistent. The institution appears to be one determination among other possible social arrangements. Consolidated institutions are precarious achievements that are perpetually being renegotiated and that cannot be assumed, but whose process of acquiring stability can be tracked. Based on this assumption, this research group aims at analyzing the life of the institution, viewed from such an angle that we can grasp and follow the progressive formation of the true substance of various ‘orders of totality.’ Understanding the shaping of institutions imply theoretical and epistemological challenges. This requires a more specific discussion about the role of causality, intentionality, and finally, the role of determinations in the social shaping.

La gastronomie moléculaire : un laboratoire social pour expérimenter le concept de transfert institutionnel

Projet Exploratoire Premier Soutien – CNRS

Ce projet exploratoire vise à expérimenter le « transfert institutionnel »,
concept central des policy transfer studies, à partir du cas d’étude suivant:
le développement d’un réseau international autour de la gastronomie
moléculaire, discipline scientifique émergente de ces trente dernières
années. L’imposition de cette discipline s’est traduite par un réseau
international de physico-chimistes et de cuisiniers marqué par le
développement d’un mouvement scientifique culinaire : la cuisine
moléculaire, et d’un courant artistique : le constructivisme cellulaire. Les
circulations de modèles dans cette communauté sont ici multiples :
transfert technologique des instruments de la paillasse vers la cuisine, des
savoir- faire aux savoirs disciplinaires, des normes de qualité gustative à
des critères de normalisation esthétique. L’attention portera sur les
transferts réussis, c’est-à-dire sur ceux qui s’accompagnent d’un consensus
concernant l’efficacité et la généralisation de ces normes de pratiques.

SOCIOLOGIE DE LA BIOLOGIE

Recherches en cours – Radio Aligre

9 décembre 2011. Séverine LOUVEL et Virginie TOURNAY

Deux parcours de recherche entre sociologie et biologie : Séverine Louvel et Virginie Tournay sont toutes deux chercheuses au Pacte à Grenoble, et nous font partager leurs questions : pourquoi la biologie peut être un objet particulièrement intéressant pour les sciences de la société ? Quoi regarder ? A quoi bon passer du temps à des approches théoriques ?

Chacune a une manière différente de « suivre les acteurs » : Séverine Louvel à partir de son analyse des transformations des laboratoires publics et des modes de leadership scientifiques ; Virginie Tournay à partir des innovations biomédicales et plus largement d’une réflexion sur le phénomène d’institutionnalisation.

www.rechercheencours.fr/REC/Podcast/Podcast.html

www.rechercheencours.fr/REC/Podcast/Entr%C3%A9es/2011/12/9_Sociologie_de_la_biologie.html

La Biopolitologie – France Culture

France culture – 10 décembre 2010. Questions d’époque par Louise Tourret et Florian Delorme

Vie et mort des agencements sociaux – De l’origine des institutions (PUF, 2009)

Cet ouvrage appréhende l’innovation comme un traceur, un laboratoire social pour expérimenter les processus démocratiques, notamment l’action collective et les dynamiques institutionnelles. En particulier, il étudie la façon dont les institutions et leurs publics sont éprouvés par les productions de laboratoire liées aux biotechnologies. Il suit les adaptations institutionnelles engrangées en réponse à des entités biologiques proliférantes qui n’arrêtent pas de déborder des scènes institutionnelles dans lesquelles les acteurs tentent de les enfermer.

Le cadre de cet ouvrage s’inscrit dans une théorie pragmatique de la société, une ontologie fluide du monde qui repose sur de la matière sociale dont la forme et la nature sont primitivement indéterminées. À partir de ce magma social, des relations se tissent entre entités, relations qui, après certaines opérations, peuvent faire advenir des institutions. Ces relations sont des interactions entre des personnes, des configurations de pouvoir, des évolutions techniques, des modes de calcul, des décisions politiques ou médicales qui participent à la fabrication des institutions mais dont ce n’est pas nécessairement un objectif explicite. Dès lors, les frontières de l’institution composent le produit d’effets d’optique dont il est possible de se départir en adoptant des focales d’observation différentes.

www.franceculture.fr/emission-questions-d-epoque-la-biopolitologie-la-deforestation-2010-12-10.html

Bioéthique : cachez cet embryon que je ne saurais voir !

27 février 2011. Telos

Le 15 février a marqué le vote solennel à l’assemblée nationale du projet de révision de la loi-cadre de bioéthique. Dans un contexte où l’innovation est constante dans les sciences du vivant, les divergences autour de ce texte bioéthique demeurent fortes au sein même du gouvernement et c’est donc une « loi prudente », selon les mots de Valérie Pécresse, qui se voit offerte aux débats parlementaires. Après trois années de longues discussions, celle-ci n’a pourtant pas manqué de provoquer d’importantes tensions au sein de la commission spéciale Léonetti chargée d’examiner en première instance le projet de loi de bioéthique.

http://www.telos-eu.com/fr/article/bioethique-cachez-cet-embryon-que-je-ne-saurais-

Le printemps érable des droits de la fin de vie. Un sacre du printemps

29 mars 2012. Le devoir. comLibre opinion – Regards d’une Française au Québec 

À l’heure où des dizaines de milliers d’étudiants défilaient dans les rues de Montréal, avec fougue et détermination, pour protester contre la hausse des droits de scolarité annoncée par le gouvernement Charest, la commission parlementaire du Québec sur le droit de mourir dans la dignité rendait public son rapport. Fruit d’un travail de consultations amorcé deux ans plus tôt, il répond aux vœux du législateur qui impulsa, à l’initiative de la députée de Joliette, la création d’une commission spéciale sur cette question.

http://m.ledevoir.com/societe/sante/346128/libre-opinion-regards-d-une-francaise-au-quebec

SOCIOLOGIE DES INSTITUTIONS

Virginie Tournay, 2011,  Sociologie des institutions « Que sais-je ? », PUF, 128 p.

Alors que les rapports entre État et société civile ont été largement modifiés, notamment par la mondialisation, et que l’État-providence semble en crise, comment saisir la place et la vie des institutions ? Comment rendre compte des processus d’institutionnalisation au-delà de l’État-nation ? Que nous révèle l’analyse du changement dans les organisations marchandes et/ou supranationales pour comprendre l’action politique et observer le monde social ? Cet ouvrage propose une histoire raisonnée de la sociologie des institutions ainsi qu’une cartographie des travaux les plus actuels dans ce domaine. Il invite à appréhender les institutions comme des phénomènes vivants.

 

 

 

 

 

 

 

Table des matières

Introduction. — La sociologie des institutions : une sociologie processuelle

Chapitre premier. — De la notion d’institution au processus d’institutionnalisation

Définir l’institution : les apports des sciences sociales modernes

Premiers pas vers l’institutionnalisation : la sociologie juridique

Des théories de la fondation aux théories de l’action

Chapitre II. — Les émergences et les dynamiques institutionnelles

Les travaux institutionnalistes et néo-institutionnalistes

Les approches relationnalistes contemporaines

Les apports de la sociologie pragmatique : saisir les institutions par le bas

La causalité historique et l’intentionnalité des acteurs

Chapitre III. — L’institutionnalisation en question

Les sciences de gouvernement

Les relations internationales et les processus d’intégration supranationaux

La sociologie économique et la théorie des conventions

Les cycles de vie institutionnels et la plasticité des structures sociales

Chapitre IV. — Décrire l’institution

L’institution ou la difficulté d’établir une typologie

L’institution d’hier et d’aujourd’hui : ruptures et continuités

L’institution comme organisation efficace. À l’attention de ceux qui la façonnent

Conclusion. — La sociologie des institutions : une science de la vie-ensemble en société Bibliographie

Sociologie des institutions

S’IL TE PLAIT, DESSINE-MOI UNE INSTITUTION

Virginie Tournay. Edition Glyphe, 2012. 184p.

S’il te plaît dessine-moi une institution est une conversation imaginaire entre une sociologue des institutions et un spécialiste de physique théorique. Cette pièce politique met en scène une discussion sur les manières d’appréhender les phénomènes institutionnels.

Et Tirésias me demanda, au début d’un bel après-midi d’été : « S’il te plaît, dessine-moi une institution ». Je m’appliquai alors à tracer consciencieusement une circonvolution fermée sur elle-même au feutre noir afin de faire émerger de beaux contours bien nets. C’est ainsi que commença notre étrange voyage dans le monde fascinant des institutions…

Où se situent les frontières de l’institution ? Peut-on l’envisager comme un volume limité et sans bords ? Peut-on la décrire en suivant la circulation des objets et des personnes qui la font vivre ? Est-elle comparable à un organisme vivant ? Celui qui observe le fonctionnement d’une institution est-il dedans ou dehors ? Sa naissance résulte-elle d’une volonté collective ? La mémoire et l’avenir de l’institution sont-ils produits dans son présent ?

Au fur et à mesure de notre pérégrination dans la vie institutionnelle, nous réalisons que sa géométrie n’est pas très euclidienne, que sa morphologie ne peut pas être pleinement capturée et que, pour décrire sa consistance, il nous faut effectuer un grand détour par les controverses sur l’espace et le temps… Il est bien difficile, après ce périple, d’envisager le fonctionnement d’un hôpital, d’une société de transports ou d’un ministère comme on conçoit ordinairement la vie de ces institutions.

 

 

SOMMAIRE

S’IL TE PLAÎT… DESSINE-MOI UNE INSTITUTION

ACTE I. L’INSTITUTION SANS BORDS ET SANS COUTURES

- Le tracé circulaire et la feuille de papier
- Un volume limité mais dénué de bords
- Les agencements constitutifs de la « totalité » institutionnelle

ACTE II. L’INSTITUTION COMME CATÉGORIE DE MOUVEMENT

- La caisse et le Petit Prince
- La caisse et le chat de Schrödinger
- La règle graduée et la flèche du temps

ACTE III. L’INSTITUTION COMME COURBURE DE L’ESPACE-TEMPS

- Des étoiles et des institutions
- Une valse à trois temps et à deux espaces
- La double nature de l’institution

BIBLIOGRAPHIE

Prix public : 19,00 euros.

En vente sur internet

http://www.amazon.fr/Sil-plaît-dessine-moi-une-Institution/dp/2358150681

Autres parutions « essais et société » chez Glyphe

- Nazisme, science et médecine – Sous la direction de Christian Bonah, Anne Danion-Grilliat, Josiane Olff-Nathan, Norbert Schappacher, 2006. http://www.editions-glyphe.com/images/48/revue_1147.pdf

- Le vin et les rêves – Jean Pierre Goubert, 2010. http://www.editions-glyphe.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1421

- 100 ans de recherche en cancérologie – Brigitte Chamak, 2011. http://www.editions-glyphe.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1433