L’EVALUATION DE LA RECHERCHE : pour une réouverture des controverses

Quaderni, N° 77, Hiver 2011-20 : L’évaluation de la recherche : pour une réouverture des controverses

Par Séverine Louvel

Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, classement de Shanghai des universités, classements des revues, définitions du chercheur publiant… L’évaluation est aujourd’hui omniprésente dans la recherche, et consubstantielle aux politiques scientifiques. On connait bien la généalogie de ces dispositifs, et le projet politique qui les motive. On en déduit parfois qu’ils font advenir un monde nouveau (faits de facteurs d’impact, de taux de citations, de recherche innovante, etc.) et véhiculent des prescriptions anthropologiques (l’avènement du chercheur publiant, conformiste, stratège…).

Ce dossier thématique de Quaderni interroge le caractère mécanique, ou manichéen, de cette hypothèse. Soulignant la diversité des usages concrets de dispositifs d’évaluation en vigueur dans plusieurs pays, il suggère que les effets de l’évaluation ne sont pas une affaire entendue, mais qu’ils demeurent un objet controversé.

 

SOMMAIRE

Séverine Louvel, « Avant-propos : Réinterroger l’évaluation comme technologie de « pilotage à distance » ».

David Pontille et Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES ».

Julie Bouchard, « La fabrique d’un classement médiatique de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Silke Gülker, Dagmar Simon et Marc Torka, « Evaluation of science as consultancy ».

Lise Gastali et Caroline Lanciano-Morandat, « Les dispositifs d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche : quel devenir pour des établissements singuliers ? ».

Marc Vanholsbeeck, « Entre qualité prescrite et qualité souhaitable : l’ambivalence des chercheurs en communication face à l’évaluation de leurs publications ».

Matthieu Hubert, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens ».

Politique

Alexandre Eyries, « Du récit gaulien au storytelling franco-américain : histoires d’une trajectoire ».

Julien Charles, « Ethnographie d’une réduction cartographique des engagements participatifs ».

Pierre Minkala-Ntadi, « La presse ongolaise dans la tourmente politique : l’illustration d’une tension entre liberté d’expression et responsabilité sociale ».

Communication

Pablo Medina, « L’impact stratégique de la consommation online des hôpitaux : le cas du cancer dans les pays européens francophones ».

 

 

DES PATRONS AUX MANAGERS : Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970

Par Séverine Louvel, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Financements, évaluation de la recherche, partenariats socioéconomiques, études doctorales, gestion des carrières scientifiques… La recherche publique connaît, ces dernières décennies, des mutations accélérées, dont les conséquences concrètes restent encore mal connues. L’ouvrage examine comment les transformations profondes du système français de recherches travaillent conjointement l’organisation, les activités et la culture des laboratoires académiques, des années 1970 aux années 2000. Pour éviter tant les biais rétrospectifs que les scénarii généraux, l’auteur a mené une enquête d’un an dans trois laboratoires de sciences de la vie, et exploré, au moyen d’archives et d’entretiens, les dynamiques microsociologiques du changement. Croisant sociologie des professions, sociologie des organisations et études sociales sur les sciences, l’auteur analyse les changements majeurs des stratégies individuelles et collectives, des modes d’exercice de l’autorité, ainsi que des formes de coopération dans les laboratoires académiques. L’ouvrage montre que les laboratoires passent d’une organisation dirigée par des a patrons qui érigent et contrôlent un domaine scientifique, à une organisation gérée par des managers qui conduisent des projets dans un environnement concurrentiel. Il analyse la transition dans cinq domaines : les stratégies scientifiques (chapitre I) ; la gestion des carrières (chapitre II) ; le financement (chapitre III) ; l’évaluation (chapitre IV) ; la formation des doctorants (chapitre V). Les laboratoires, loin d’être des réceptacles passifs de forces économiques et institutionnelles, sont aussi les moteurs de leurs trajectoires. Ainsi, l’ouvrage réfute-t-il une interprétation mécanique du changement, doublée d’une vision quelque peu monolithique du monde de la recherche, pour dégager les modèles d’action locaux par lesquels les laboratoires se repositionnent dans des contextes en mutation. Un livre éclairant au moment où l’on s’interroge sur l’entrée, à marche forcée, 4 du système français de recherches et d’enseignement supérieur dans une nouvelle ère (Agence Nationale de la Recherche, loi relative aux libertés et responsabilités des universités, Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, opération Investissements d’Avenir du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, etc.).

 

Table des matières

STRATEGIES SCIENTIFIQUES ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT
RECRUTEMENT ET CARRIERES
FINANCEMENTS CONTRACTUELS, ACCES ET GESTION COLLECTIVE
DISPOSITIFS D’EVALUATION DES EQUIPES ET DES CHERCHEURS
DOCTORAT ET TRANSFORMATION DE LA CULTURE ACADEMIQUE

 

DE l’ORIGINE DES INSTITUTIONS – VIE ET MORT DES AGENCEMENTS SOCIAUX

Vie et mort des agencements sociaux : de l’origine des institutions / Virginie Tournay. Paris : PUF, 392 pages, 2009. [Politique éclatée (la)].

Pourquoi un assemblage provisoire de solidarités humaines se prolonge-t-il au point parfois de former un collectif stable marqué par une puissance d’expression et de survivre à celui qui en a été l’initiateur ? Bien que l’institution soit aisément descriptible en termes de totalité isolable délimitée par des frontières, cette découpe du social n’est qu’une expérience sensible parmi d’autres et elle varie selon l’échelle d’observation. Les controverses qui entourent sa définition nous rapprochent de celles des naturalistes concernant la notion d’espèce biologique il y a plus de deux siècles. Elles posent la question de leur mode d’existence.

Cet ouvrage envisage de distinguer les agencements sociaux à partir de leurs mouvements. Il traite du mouvement de la matière sociale dont l’institution ne figure que comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Par analogie avec l’échelle de Jacob, les agencements sociaux montent et descendent les échelles de l’être.

 

Table des matières

I. — Introduction. Pourquoi la girafe a-t-elle un long cou ?

Petit préambule autour des espèces et autres agencements sociaux

- L’institution en question : un détour par l’histoire naturelle pour discuter de cet agrégat social
- L’institution en émergence : pourquoi existent-ils des agrégats sociaux plutôt que rien ?
- L’institution en évolution : repérer les paliers classificatoires
- Les sciences du politique et la texture de la matière sociale

II. — La fabrique de l’histoire

Réflexions sur le pouvoir du monde écrit : Dire, Faire et Représenter l’Histoire

- Le régime historiographique : produire un récit certifié des phénomènes sociaux
- Dire l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils reliés entre eux ?
- Faire l’histoire : pourquoi les faits passés existent-ils encore aujourd’hui ?
- Représenter l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils partagés par tous ?
- Produire la vérité historique. Quand le thermomètre fonde une agence d’État

III. — La fabrique de l’action collective

Réflexions sur le pouvoir de la solidarité : Désirer, Développer et Inscrire durablement l’action collective

- Le régime de la monstration : des formes élémentaires de coopération à la puissance publique
- Désirer l’action collective : pourquoi les acteurs agissent-ils solidairement ?
- Développer l’action collective : pourquoi les solidarités diffèrent ?
- Inscrire durablement l’action collective : pourquoi certaines solidarités sont-elles convaincantes ?
- Produire un agrégat social aux contours nets. Le rôle central de la calibration

IV. — Conclusion. La girafe a un long cou parce qu’il y a plusieurs manières d’être un tout

Esquisse d’une texturologie du social

- Le désir comme énergie pratique de solidarité
- Plaidoyer pour une sociologie institutionnelle : l’échelle de Jacob des institutions

L’OPINION ET SES PUBLICS. UNE APPROCHE PRAGMATISTE DE L’OPINION PUBLIQUE

Pour de nombreux sociologues, l’opinion publique n’existe pas, il s’agit d’un artefact créé par des instruments, les sondages. Et pourtant, si l’opinion publique n’existe pas, les controverses se multiplient et créent leurs propres publics. Les dispositifs d’enquête doivent donc changer de perspective pour rendre compte, moins d’une opinion publique une et indivisible, que de la dynamique des arguments et de la plasticité des publics.
Il s’agit aujourd’hui de restituer la parole des « agents ordinaires », leurs images, leurs récits et leurs arguments, qui forment des « lieux communs » sur un problème qui les concerne, et d’identifier ainsi des publics, grâce à des sondages expérimentaux considérés comme des scènes publiques, ou des formes de coordination collective qui peuvent comporter trois dimensions : le partage d’une identité, l’accord sur un diagnostic (cause, responsabilité, solution) et l’engagement dans une action collective.
Un ouvrage qui renouvelle la réflexion sur le rôle des sondages à l’heure d’Internet, des jurys citoyens et de la démocratie participative.

SOCIOLOGIE DES INSTITUTIONS

Virginie Tournay, 2011,  Sociologie des institutions « Que sais-je ? », PUF, 128 p.

Alors que les rapports entre État et société civile ont été largement modifiés, notamment par la mondialisation, et que l’État-providence semble en crise, comment saisir la place et la vie des institutions ? Comment rendre compte des processus d’institutionnalisation au-delà de l’État-nation ? Que nous révèle l’analyse du changement dans les organisations marchandes et/ou supranationales pour comprendre l’action politique et observer le monde social ? Cet ouvrage propose une histoire raisonnée de la sociologie des institutions ainsi qu’une cartographie des travaux les plus actuels dans ce domaine. Il invite à appréhender les institutions comme des phénomènes vivants.

 

 

 

 

 

 

 

Table des matières

Introduction. — La sociologie des institutions : une sociologie processuelle

Chapitre premier. — De la notion d’institution au processus d’institutionnalisation

Définir l’institution : les apports des sciences sociales modernes

Premiers pas vers l’institutionnalisation : la sociologie juridique

Des théories de la fondation aux théories de l’action

Chapitre II. — Les émergences et les dynamiques institutionnelles

Les travaux institutionnalistes et néo-institutionnalistes

Les approches relationnalistes contemporaines

Les apports de la sociologie pragmatique : saisir les institutions par le bas

La causalité historique et l’intentionnalité des acteurs

Chapitre III. — L’institutionnalisation en question

Les sciences de gouvernement

Les relations internationales et les processus d’intégration supranationaux

La sociologie économique et la théorie des conventions

Les cycles de vie institutionnels et la plasticité des structures sociales

Chapitre IV. — Décrire l’institution

L’institution ou la difficulté d’établir une typologie

L’institution d’hier et d’aujourd’hui : ruptures et continuités

L’institution comme organisation efficace. À l’attention de ceux qui la façonnent

Conclusion. — La sociologie des institutions : une science de la vie-ensemble en société Bibliographie

Sociologie des institutions

S’IL TE PLAIT, DESSINE-MOI UNE INSTITUTION

Virginie Tournay. Edition Glyphe, 2012. 184p.

S’il te plaît dessine-moi une institution est une conversation imaginaire entre une sociologue des institutions et un spécialiste de physique théorique. Cette pièce politique met en scène une discussion sur les manières d’appréhender les phénomènes institutionnels.

Et Tirésias me demanda, au début d’un bel après-midi d’été : « S’il te plaît, dessine-moi une institution ». Je m’appliquai alors à tracer consciencieusement une circonvolution fermée sur elle-même au feutre noir afin de faire émerger de beaux contours bien nets. C’est ainsi que commença notre étrange voyage dans le monde fascinant des institutions…

Où se situent les frontières de l’institution ? Peut-on l’envisager comme un volume limité et sans bords ? Peut-on la décrire en suivant la circulation des objets et des personnes qui la font vivre ? Est-elle comparable à un organisme vivant ? Celui qui observe le fonctionnement d’une institution est-il dedans ou dehors ? Sa naissance résulte-elle d’une volonté collective ? La mémoire et l’avenir de l’institution sont-ils produits dans son présent ?

Au fur et à mesure de notre pérégrination dans la vie institutionnelle, nous réalisons que sa géométrie n’est pas très euclidienne, que sa morphologie ne peut pas être pleinement capturée et que, pour décrire sa consistance, il nous faut effectuer un grand détour par les controverses sur l’espace et le temps… Il est bien difficile, après ce périple, d’envisager le fonctionnement d’un hôpital, d’une société de transports ou d’un ministère comme on conçoit ordinairement la vie de ces institutions.

 

 

SOMMAIRE

S’IL TE PLAÎT… DESSINE-MOI UNE INSTITUTION

ACTE I. L’INSTITUTION SANS BORDS ET SANS COUTURES

- Le tracé circulaire et la feuille de papier
- Un volume limité mais dénué de bords
- Les agencements constitutifs de la « totalité » institutionnelle

ACTE II. L’INSTITUTION COMME CATÉGORIE DE MOUVEMENT

- La caisse et le Petit Prince
- La caisse et le chat de Schrödinger
- La règle graduée et la flèche du temps

ACTE III. L’INSTITUTION COMME COURBURE DE L’ESPACE-TEMPS

- Des étoiles et des institutions
- Une valse à trois temps et à deux espaces
- La double nature de l’institution

BIBLIOGRAPHIE

Prix public : 19,00 euros.

En vente sur internet

http://www.amazon.fr/Sil-plaît-dessine-moi-une-Institution/dp/2358150681

Autres parutions « essais et société » chez Glyphe

- Nazisme, science et médecine – Sous la direction de Christian Bonah, Anne Danion-Grilliat, Josiane Olff-Nathan, Norbert Schappacher, 2006. http://www.editions-glyphe.com/images/48/revue_1147.pdf

- Le vin et les rêves – Jean Pierre Goubert, 2010. http://www.editions-glyphe.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1421

- 100 ans de recherche en cancérologie – Brigitte Chamak, 2011. http://www.editions-glyphe.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1433