LES PROMESSES DE LA BIODIVERSITE

Quaderni, n°76/automne 2011

Les promesses de la biodiversité
Édité par Céline Granjou et Isabelle Mauz
S’il n’est pas récent, le mouvement de mise à l’agenda de la biodiversité connaît aujourd’hui un regain d’actualité symbolisé par la labellisation « 2010, année internationale de la biodiversité ». On assiste ainsi à la mise en place d’institutions inédites qui relaient de nouveaux cadres de pensée de la nature tels que la notion de « 6e extinction », de « services écosystémiques », de « trame verte et bleue »… L’objectif de ce numéro de Quaderni est d’explorer les processus récents et en cours d’institutionnalisation de la biodiversité. La biodiversité fournit en effet un cas d’école pour observer et analyser des mécanismes propres à la mise en place d’une gouvernance internationale de l’environnement, dans laquelle la science ne joue pas un rôle en amont ou à côté des processus proprement politiques mais est étroitement intriquée dans la genèse et l’expérimentation des nouvelles institutions de la biodiversité. On a affaire d’emblée à un ensemble de processus, de collectifs et d’instruments à diverses échelles géographiques, marqué par la mise en place d’arènes hybrides mêlant acteurs politiques, scientifiques, économiques , gouvernements et ONG…

Ce numéro part du constat que les nouvelles institutions de la biodiversité – au sens large du terme- s’ancrent dans des catégories de pensée et d’action qui renvoient à des scénarios du futur alliant diagnostics d’alerte environnementale et formes de rationalisation visant à en (ré)assurer la maîtrise. Même si ces deux types de scénarios sont la plupart du temps liés dans les dispositifs de connaissance et de gestion de la biodiversité, on distinguera pour l’analyse les « scénarios de malheur » et les « scénarios de maîtrise ».

Les promesses de la biodiversité
Céline Granjou et Isabelle Mauz, « Avant-propos : gouverner par les scénarios ? Comment les institutions gouvernementales anticipent l’avenir de la biodiversité » ;

Isabelle Mauz, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIème siècle » ;

Libby Robin,  » The rise of the idea of biodiversity: crises, responses and expertise »;

Elsa Faugère, Olivier Pascal, « La fabrique de l’information : le cas des grandes expéditions naturalistes contemporaines » ;

Michel Daccache, « la rationalisation économique du rapport à la biodiversité : éléments d’ethnographie » ;

Florian Charvolin, Raphaël Mathevet, Ruppert Vimal « Les Trames verte et bleue et son public » ;

Chunglin Kwa, Mieke van Hemert, « Engineering the Planet: the issue of biodiversity in the framework of climate manipulation and climate governance ».


Politique
Pascal Durand, « Soma ou novlangue ? A propos des nouveaux mots du pouvoir » ;

Fabrizio Cantelli, « La plainte comme un droit ? Médiation, politiques publiques et droits des patients » ;

Nicolas Oliveri, « Logiciel libre et open source : une culture du don technologique ».

Livres
Freud et la Science : éléments d’épistémologie (Frédéric Forest), par Michel Daccache ;
Télévision et justice (Marie-France Houillon et Yannick Lebtahi (dir.)) par Hélène Monnet-Cantagrel