SOCIOLOGIE DE LA BIOLOGIE

Recherches en cours – Radio Aligre

9 décembre 2011. Séverine LOUVEL et Virginie TOURNAY

Deux parcours de recherche entre sociologie et biologie : Séverine Louvel et Virginie Tournay sont toutes deux chercheuses au Pacte à Grenoble, et nous font partager leurs questions : pourquoi la biologie peut être un objet particulièrement intéressant pour les sciences de la société ? Quoi regarder ? A quoi bon passer du temps à des approches théoriques ?

Chacune a une manière différente de « suivre les acteurs » : Séverine Louvel à partir de son analyse des transformations des laboratoires publics et des modes de leadership scientifiques ; Virginie Tournay à partir des innovations biomédicales et plus largement d’une réflexion sur le phénomène d’institutionnalisation.

www.rechercheencours.fr/REC/Podcast/Podcast.html

www.rechercheencours.fr/REC/Podcast/Entr%C3%A9es/2011/12/9_Sociologie_de_la_biologie.html

La Biopolitologie – France Culture

France culture – 10 décembre 2010. Questions d’époque par Louise Tourret et Florian Delorme

Vie et mort des agencements sociaux – De l’origine des institutions (PUF, 2009)

Cet ouvrage appréhende l’innovation comme un traceur, un laboratoire social pour expérimenter les processus démocratiques, notamment l’action collective et les dynamiques institutionnelles. En particulier, il étudie la façon dont les institutions et leurs publics sont éprouvés par les productions de laboratoire liées aux biotechnologies. Il suit les adaptations institutionnelles engrangées en réponse à des entités biologiques proliférantes qui n’arrêtent pas de déborder des scènes institutionnelles dans lesquelles les acteurs tentent de les enfermer.

Le cadre de cet ouvrage s’inscrit dans une théorie pragmatique de la société, une ontologie fluide du monde qui repose sur de la matière sociale dont la forme et la nature sont primitivement indéterminées. À partir de ce magma social, des relations se tissent entre entités, relations qui, après certaines opérations, peuvent faire advenir des institutions. Ces relations sont des interactions entre des personnes, des configurations de pouvoir, des évolutions techniques, des modes de calcul, des décisions politiques ou médicales qui participent à la fabrication des institutions mais dont ce n’est pas nécessairement un objectif explicite. Dès lors, les frontières de l’institution composent le produit d’effets d’optique dont il est possible de se départir en adoptant des focales d’observation différentes.

www.franceculture.fr/emission-questions-d-epoque-la-biopolitologie-la-deforestation-2010-12-10.html