IVG et fin de vie: le paradoxe d’une condition biologique

IVG et fin de vie: le paradoxe d’une condition biologique

L’intériorité humaine est-elle soluble dans l’expertise et le droit ?

La scène liminaire du film La Grande Bellezza montre un groupe de touristes japonais en promenade sur la terrasse panoramique du Janicule, contemplant la majesté architecturale de Rome, lorsque l’un d’entre eux, saisi par l’esthétique sublime des chefs d’œuvre de la Renaissance, s’effondre littéralement terrassé par tant de splendeurs. Effet imprévisible d’une incommensurable extase, son réalisateur Paolo Sorrentino fait ici surgir l’aveuglante beauté d’une Rome superbe et décadente, fissurée de part en part sous les coups d’une comédie humaine creuse, désabusée et corrompue. À l’image de notre propre intériorité psychique, le réalisateur révèle que son observation attentive est irréductible aux seuls mots, que l’intégrité d’une identité ne suppose pas une unité des différentes modalités de l’être, ni même une concordance harmonieuse entre la vie intérieure et ses formes d’extériorisation.

Le langage juridique et l’expertise médicale se heurtent constamment à cette irréductibilité dans leur tentative de rendre commensurable la singularité de nos linéaments psychologiques lorsque nous devons faire face aux tourments de notre condition biologique. Les exemples d’actualité sont multiples: qu’il s’agisse de donner la vie, de la terminer, de la supporter quand l’identité sexuée de départ est manifestement troublée ou encore, dans les situations dramatiques d’invalidités profondes quand le corps ne répond plus. Il est en effet tentant de vouloir donner une existence officielle à ces linéaments intérieurs dont le tracé se trouve radicalement reconfiguré par les aléas du sort et les divers évènements plus ou moins pénibles que chacun de nous sommes susceptibles de rencontrer au cours de l’existence du seul fait de notre condition biologique.

Ainsi, la rhétorique de la « détresse » de la femme, introduite dans la loi de 1975 sur l’Interruption Volontaire de Grossesse a rendu possible sa dépénalisation en évitant les incompatibilités juridiques avec le droit à la vie. Inclure cette qualité de la complexion psychique individuelle a permis de mettre à mal l’idée que l’avortement serait un acte de convenance demandé par des femmes prétendument victimes d’une sexualité débridée

S’il origine un progrès social précieux et indéniable, asseoir un statut juridique sur une condition psychologique n’est malheureusement pas dénué d’inconvénients. Une telle injonction s’accompagne de plus en plus fréquemment d’un souci de transparence des profondeurs de l’être. Elle s’articule à des expertises confiées à des professionnels médico-sociaux, à des psychiatres ou à des réanimateurs qui se trouvent par là même, exposés au jugement public et à l’interprétation jurisprudentielle de leurs actes.

Cette volonté de baliser la vie psychique est omniprésente dans les controverses autour des formes d’administration de la condition biologique qui déchirent régulièrement l’actualité politique et sociale. Mais en pratique, comment un soignant peut-il mesurer la « qualité de la fin de vie » d’un patient, comment s’arrange t-il concrètement, avec le principe de la « dignité du mourant » que l’on trouve dans la loi Leonetti relative aux droits des malades et à la fin de vie? Par définition, les soins de fin de vie résistent à toute entreprise de rationalisation des pratiques médicales. Difficile en effet de faire reposer les processus de prise de décision sur des résultats de recherche clinique systématique puisque l’objectif ici n’est plus de trouver une thérapeutique, mais de gérer les limbes du dernier souffle. Des indicateurs de qualité de fin de vie existent, sont testés dans certaines unités de soins palliatifs mais on est encore bien loin d’une evidence-based-medicine qui permettrait une standardisation des soins.

Dans cette dérive de la transparence, l’intériorité de l’être doit être mise à nue; cette mécanique idéologique nous condamne à un nouvel ordre moral dans lequel les ambiguïtés du tréfonds de l’âme n’ont plus place, ni même celles des réponses à apporter dans des situations inédites ou extrêmes. Devons-nous trancher le flou interprétatif associé aux manifestations cliniques de Vincent Lambert, ce jeune tétraplégique diagnostiqué en état de conscience minimale? Clignement de l’œil, inflexion de la lèvre ou contraction d’un doigt: qui pourrait-dire s’il s’agit de tentatives contrariées de communiquer, d’indices de-ci de-là témoignant de la conscience que l’homme emprisonné dans son corps a de lui-même, ou de simples réactions neurologiques sans grand rapport avec un désir volontaire, ou conscient d’interagir avec le monde extérieur ? Qui peut trancher et le faut-il ? Et quand bien même les manifestations cliniques de ce jeune garçon signeraient une conscience partiellement préservée, cela ne lui retire aucunement la possibilité de trouver objectivement sa vie insupportable et de vouloir y mettre fin.

Chacun peut se trouver un jour confronté à décider pour ses proches ou pour lui-même tout en sachant que quelle que soit la voie empruntée, elle ne sera jamais pleinement satisfaisante, ni même entièrement acceptable. Dans ces situations toujours uniques, toujours rares, aux franges même du décidable, l’exigence de transparence à tout crin est une absurdité. Cette posture ne fait que rejoindre ce que Alain-Gérard Slama décrit comme un « évangélisme exterminateur ». Elle se heurtera toujours violemment à l’indéchiffrable Grande Bellezza de notre condition biologique.

http://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/ivg-fin-de-vie-paradoxe-condition_b_4802359.html

IVG et fin de vie: le paradoxe d'une condition biologique. HuffingtonPost 19/01/2014

 

Un OGM est-il plus dangereux que le sourire du flamant rose ?

Chacun conserve le souvenir d’avoir joué à plusieurs, au moins une fois dans sa vie, au traditionnel jeu du Mikado dont le principe consiste à retirer une à une les fines baguettes de bois enchevêtrées, d’un ensemble laissé au hasard en amas sur le sol, sans toucher ou faire bouger les autres. Élevée au rang des plus anciennes pratiques ludiques de patience destinées à tester la maîtrise de son habileté dans les tâches les plus délicates, la partie de Mikado semble se rejouer en permanence lorsqu’il est question de produire des mesures visant à administrer la biodiversité.

Organisme « génétiquement modifié », coexistence entre les cultures, évaluation des risques ou maintien de la biodiversité sont des notions récurrentes du débat public. Elles ressortent comme tout autant de régularités formelles de la science, que les partisans du développement de ces biotechnologies de même que leurs pourfendeurs, ont le devoir de s’approprier s’ils veulent argumenter, produire un discours audible pour tous et convaincre le citoyen, le scientifique ou le commentateur. Et pourtant, c’est là que le bat blesse. La consécration de ces catégories scientifiques dans les médias et les instances décisionnelles, de même que leur banalisation dans le langage courant, induisent de sérieux biais quant aux représentations collectives des écosystèmes et aux modalités de leur gestion. L’utilisation substantielle de ces catégories ne rend absolument pas compte des particularités de chacun des « terrains », ni de la complexité des situations, en partie liée à l’immense diversité des assemblages technologiques dits « génétiquement modifiés » propulsés d’un coup, sous le feu circonspect de l’enquête publique.

Un OGM est une commodité de langage destinée à mettre de l’ordre dans un ensemble dispersé d’organismes vivants marqués par certains procédés d’intervention, dont le périmètre et les techniques évoluent constamment. Aussi, le « génétiquement modifié » marque des objets biologiques hétérogènes réunis selon une même dimension tout en excluant d’autres modalités de constitution. Par exemple, les pratiques traditionnelles de sélection variétale amènent à des plantes « génétiquement modifiées » par l’intervention humaine sans que celles-ci ne créent de la controverse et ne soient assimilées aux OGM bien qu’elles soient également « génétiquement modifiées ». Les mutations sont une composante essentielle du moteur de l’évolution biologique : pas de vie possible sans modifications génétiques continument remaniées par des circonstances fortuites. Surprises de l’histoire naturelle qui conduisent à des traits aussi divers que le sourire du flamant rose nous explique Stephen Jay Gould. De même, le terme biodiversité se joue à différentes échelles, allant du gène aux services écosystémiques. Il faudrait donc plutôt parler des biodiversités et préciser à quel niveau il est fait référence dans les débats. On voit dès lors que l’utilisation raisonnée de ces catégories se conjugue nécessairement à un travail d’expertise, c’est-à-dire d’interprétations, de jugements sur le sens et d’appositions culturelles de démarcations ne faisant pas nécessairement consensus chez les débateurs eux-mêmes. Et tout cela sans pour autant être nécessairement explicité puisque le contenu précis de ces catégories semble un acquis pour tous. Si les controverses fortement médiatisées surgissent souvent à partir de la raison d’être des développements technologiques, on oublie parfois que des malentendus peuvent porter sur les concepts eux-mêmes…

Cette imprécision sémantique est masquée par une reconnaissance aujourd’hui unanimement répandue de la complexité de nos écosystèmes. Tout le monde s’accorde sur l’idée que la culture de plantes génétiquement modifiées (PGM) correspond à l’inclusion d’un élément nouveau dans un écosystème biologique, système complexe marqué par une intensité importante de noeuds interconnectés. De là est déduit à juste titre que l’évaluation de la dangerosité d’un OGM ne peut pas être analysée isolément de ce qui compose son environnement immédiat. L’enjeu majeur consiste à maintenir les coévolutions et les dépendances réciproques en harmonie les unes aux autres afin d’éviter la survenue d’éventuels déséquilibres et de porter atteinte à « la biodiversité ».

Mais cette réalité de terrain nous autorise-t-elle à anticiper la stabilité de nos écosystèmes en présupposant ce qui conduirait à leur instabilité, un peu comme le ferait un joueur de Mikado devant un tas de baguettes enchevêtrées ? L’erreur fréquemment observée dans les débats consiste à penser que l’art d’anticiper ce qui va se produire est comparable à la dextérité des joueurs de mikado à ajouter ou retirer des fines baguettes sans perturber l’ensemble du système en équilibre. C’est là oublier que la dénomination OGM ne s’apparente en rien à un découpage « méta-naturel » des productions biologiques. Il n’y a aucune raison de penser a priori que l’ajout ou le retrait de ces produits ne troublent ou ne renégocient, ni en bien ni en mal, l’homéostasie du système qui n’a lui-même de cesse de se transformer sans qu’il ne soit possible d’anticiper tous les aspects de cette dynamique. Le jeu de mikado n’a ici plus rien d’immobile, les baguettes enchevêtrées se déplacent toutes seules sans intervention humaine, leur forme n’est jamais stabilisée et leur individualité se trouve perpétuellement renégociée dans le changement.

La catégorie des OGM équivaut à un classement, comme les scientifiques se plaisent à en établir, visant à rassembler toute une collection d’objets biologiques selon des lignes de force privilégiées, sans que celles-ci ne soient nécessairement plus naturelles que d’autres. Dans cette veine, le caractère « génétiquement modifié » est le dénominateur commun faisant suite à une tentative d’ordonnancement d’objets sur la base de critères partiels pour inférer de possibles propriétés à ces produits. Comme le souligne le biologiste de l’évolution Michel Veuille, la corrélation dresse un bilan des indices mais elle ne dénonce aucun coupable. En d’autres termes, affirmer que le braqueur d’une banque porte un blouson noir ne suppose pas que tous les individus affublés d’un blouson noir sont des braqueurs de banque potentiels.

Si l’on reste dans la droite ligne de ce constat, il est raisonnable de penser que l’acronyme OGM, qui désigne dans la directive européenne, les organismes biologiques issus d’actes de transgénèse – ne signifie pas que tous les produits résultant de cet acte, partagent des singularités les rendant plus menaçants que d’autres n’ayant pas subi cette préparation. Dire cela n’est pas donner une confiance aveugle en la Providence mais permet de soutenir que seule une évaluation des risques au cas par cas, peut trancher sur la dangerosité de chaque produit. À l’inverse, raisonner de façon générique conduit à l’irréalisable projet d’administrer un futur incertain à partir de la consécration formelle de grandes catégories avec pour effet pervers de reléguer à l’arrière-plan les spécificités de chacun des produits placés sous le projecteur de la critique. De là l’absurdité de mettre en place des procédures décisionnelles motivées par la seule incertitude, qui constitue pourtant une dimension créative et inextricable du vivant. Brandir à tout crins la dangerosité des OGM sans procéder à une analyse au cas par cas, revient à se taper la tête contre l’inconnu, pourtant constitutif de toute vie, et qui à ce titre, ne cédera jamais devant nous…

http://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/un-ogm-estil-plus-dangere_b_4382329.html

d95dab85

Bioéthique : cachez cet embryon que je ne saurais voir !

27 février 2011. Telos

Le 15 février a marqué le vote solennel à l’assemblée nationale du projet de révision de la loi-cadre de bioéthique. Dans un contexte où l’innovation est constante dans les sciences du vivant, les divergences autour de ce texte bioéthique demeurent fortes au sein même du gouvernement et c’est donc une « loi prudente », selon les mots de Valérie Pécresse, qui se voit offerte aux débats parlementaires. Après trois années de longues discussions, celle-ci n’a pourtant pas manqué de provoquer d’importantes tensions au sein de la commission spéciale Léonetti chargée d’examiner en première instance le projet de loi de bioéthique.

http://www.telos-eu.com/fr/article/bioethique-cachez-cet-embryon-que-je-ne-saurais-

Le printemps érable des droits de la fin de vie. Un sacre du printemps

29 mars 2012. Le devoir. comLibre opinion – Regards d’une Française au Québec 

À l’heure où des dizaines de milliers d’étudiants défilaient dans les rues de Montréal, avec fougue et détermination, pour protester contre la hausse des droits de scolarité annoncée par le gouvernement Charest, la commission parlementaire du Québec sur le droit de mourir dans la dignité rendait public son rapport. Fruit d’un travail de consultations amorcé deux ans plus tôt, il répond aux vœux du législateur qui impulsa, à l’initiative de la députée de Joliette, la création d’une commission spéciale sur cette question.

http://m.ledevoir.com/societe/sante/346128/libre-opinion-regards-d-une-francaise-au-quebec