ANR « Jeunes chercheuses – Jeunes Chercheurs » – THERACELS

Les usages médicaux des cellules souches humaines à l’épreuve de la réglementation


La problématique scientifique de cette recherche consiste à dégager et à décrire les répertoires d’action collectifs qui vont édicter des normes et des standards applicables à des pratiques biomédicales informelles/émergentes utilisant des cellules souches humaines. Ces répertoires s’appuient aujourd’hui sur le fonctionnement des agences sanitaires. En suivant l’histoire récente des dispositifs publics, l’agence – nouvelle structure réglementaire appliquée à la police sanitaire – donne lieu à des articulations innovantes entre l’expertise scientifique et la construction réglementaire. Ceci est visible principalement dans les dispositifs d’autorisation des activités liées aux produits de santé issus du corps humain. Ces établissements à caractère hybride, disposent simultanément d’une forte professionnalisation juridique et d’une culture matérielle particulière à la fabrication des produits de cellules humaines.

Le programme scientifique vise à satisfaire les deux objectifs suivants :

OBJECTIF 1 : Retracer une généalogie des controverses portant sur les usages médicaux des cellules humaines ainsi que les standards de recherche progressivement adoptés. Cet objectif permettra d’appréhender le déplacement de controverses scientifiques et de revendications sociales (ou éthiques) portant sur l’autonomie des individus vers l’émergence d’un savoir expert objectif, incrusté dans les conduites administratives.

OBJECTIF 2 : Reconstituer l’histoire du travail administratif (inspection des établissements, évaluation des dispositifs, établissement des contrôles de la qualité et mise en oeuvre de la traçabilité) applicable aux activités médicales faisant spécifiquement intervenir les cellules du corps humain (cellules différenciées, cellules embryonnaires) en liens avec l’évolution des pratiques de laboratoire. Cet objectif permettra démontrer l’interdépendance des contraintes administratives et de l’alignement des pratiques dans les différents établissements de santé.

Projet international de collaborations scientifiques France Canada – LABSTITUTION

La gouvernance des cellules souches comme laboratoire social pour expérimenter les transitions institutionnelles. Etude comparée de réseaux émergents franco-canadiens.
Stem cell governance as a social laboratory for testing institutional transitions. Comparative studie of franco-canadian emerging networks.

Porté par

Virginie Tournay et                                                                                                                                                                         Annette Leibing

 

 

 

 

 

L’objectif de cette recherche est d’établir les formes de régulation à l’origine d’une gouvernance internationalisée autour des cellules souches en nous appuyant sur un comparatif franco-canadien.

– 1) Cette étude devrait permettre de renforcer les relations entre les différentes équipes canadiennes en faisant un état, à rythme régulier, de l’avancée des travaux en cours.
– 2) Discuter ce qui fonde la consistance institutionnelle de réseaux de pratiques en voie d’internationalisation dans une perspective pragmatique.
– 3) Poser les bases à une formation à la recherche par la participation d’étudiants des deux continents.

 L’objectif de cette recherche est de développer une sociologie des institutions à partir des outils particuliers aux approches pragmatiques et aux travaux anglo-saxons s’inscrivant dans la lignée des Sciences and Technology Studies (STS).

Notre cadre croise également les sciences de gouvernement, les relations internationales et les approches par les instruments.