L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux

 

L'Effet Latour (Sortie : 21 avril 2014)

 

Sommaire de l’ouvrage

Sous la direction de : Claire TOLLIS, Laurence CRÉTON-CAZANAVE, Benoît AUBLET

 

PREFACE de Virginie Tournay : « Sur un air de Moon River. Latour : Guerre et Paix du social »

INTRODUCTION : Quand la science infuse… – Benoît Aublet, Laurence Créton-Cazanave, Claire Tollis

PREMIERE PARTIE

Effet Latour n°1: L’indiscipline

Une place légitime pour les nouveaux entrants : penser l’hospitalité avec Bruno Latour – Benjamin Boudou

La sociologie de l’acteur-réseau est un sport de combat – Yohann Rech

Le social et le spatial : les humains et les non humains les dynamitent, les dispersent, les ventilent aux quatre coins des territoires. – Coralie Mounet

DEUXIEME PARTIE

Effet Latour n° 2 : L’impertinence

Dissipations politiques – Deux « criticaillons » causent de Bruno Latour à cette heure entre chien et loup – Guillaume Gourgues et Ouassim Hamzaoui

L’amour des controverses rend aveugle, la cité verte est ailleurs… – Claire Tollis

Dr. Latour & Mr. Lab : comment concilier étude de laboratoire et théorie de l’acteur-réseau ? – Matthieu Hubert

TROISIEME PARTIE

Effet Latour n° 3 : L’intimité

La plume sans le masque. L’écriture affectée de Bruno Latour. Sociologie(s) en première personne – Jérémy Damian

Bruno Latour : cathédrale et petite cuillère – Nicolas Senil

WORK IN PROGRESS

Cheminer dans les réseaux. Sur les traces des engins motorisés tout terrain – Lisa Haye

POSTFACE de Bruno Latour : « l’influence est un risque »

La cuisine moléculaire dans tous ses états

 

Raphaël Haumont, enseignant chercheur de l’université Paris Sud, utilise ses connaissances scientifiques pour sublimer les produits et proposer de la Haute Cuisine pour le plus grand plaisir du consommateur! Il travaille en collaboration étroite avec Thierry Marx, grand Chef médiatique spécialiste de la cuisine moléculaire. Un des jurés de l’émission Top Chef sur M6, il est depuis arrivé à la tête de la restauration du Mandarin Oriental Paris. Fondateur du Foodlab, situé au Laboratoire en plein cœur de Paris, ils effectuent leurs recherches dont les expériences culinaires sont aux frontières de l’artscience. Ensemble, ils aiment revisiter les traditions culinaires, et proposent une cuisine secondée par la science. Place à l’article de Raphaël Haumont où il nous expose son point de vue sur la cuisine moléculaire et sa volonté de promouvoir la cuisine rationnelle.

http://blog.mysciencework.com/2011/07/10/qu%E2%80%99est-ce-que-la-cuisine-moleculaire.html

Hervé This physico-chimiste dans le Groupe de Gastronomie Moléculaire, au Laboratoire de chimie d’AgroParisTech (UMR 1145 INRA/AgroParisTech), professeur consultant à AgroParisTech, secrétaire de la Section VIII de l’Académie d’Agriculture de France, directeur scientifique de la Fondation Science & Culture Alimentaire (Académie des sciences). Il est le co-créateur, avec Nicholas Kurti, de la discipline scientifique nommée gastronomie moléculaire. Ingénieur de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie de Paris (ESPCI) , il est aussi Conseiller scientifique de la revue Pour la Science et chargé d’enseignements à Sciences Po Paris. Parmi les réalisations dont il n’y a pas de raison d’être honteur : – introduction des Ateliers expérimentaux du goût dans les écoles primaires, – création du programme pédagogique de l’Institut des hautes études du goût, de la gastronomie et des arts de la table – Ateliers Science & Cuisine pour les Collèges et les Lycées – création de la cuisine moléculaire – création de la « Cuisine Note à Note », la prochaine grande tendance culinaire.

http://www.cuisinecollective.fr/dossier/this/articles.asp

Problématique / Issue

L’institution est-elle une espèce comme une autre ? Peut-on concevoir l’institution comme une forme particulière de solidarités humaines soumise à la sélection naturelle ? Répondre à cette question suppose d’étudier les agencements sociaux en faisant varier notre focale d’observation. Un peu comme le ferait un biologiste qui ajusterait la lunette de son microscope pour caractériser une myriade de cellules en culture et découvrir, de près, que les frontières s’effacent, deviennent imprécises et inconsistantes. L’institution ressort comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Ce collectif isolable et délimité laisse alors la place à une matière sociale en mouvement dénuée de bords et de coutures … Les institutions consolidées sont des achèvements précaires, renégociées en permanence, dont il ne s’agit pas tant de présupposer de leur assise que de suivre le processus d’acquisition de cette stabilité. A partir de cette hypothèse, la plateforme de recherche propose de suivre et de discuter les dynamiques institutionnelles en produisant des billets autour de différents travaux scientifiques, commentaires sur l’actualité et réflexions épistémologiques issues des autres sciences.
________________________

Is the institution a natural species like any other? Can we understand the institution as a specific form of human solidarity that is subject to natural selection? To answer this question, the objective of this research group founded in 2008 – is to study these social arrangements and vary the distance at which we observe them. Like a biologist who adjusts the bezel over a microscope to distinguish various cell cultures, and discovers that, up close, borders disappear, become blurred and inconsistent. The institution appears to be one determination among other possible social arrangements. Consolidated institutions are precarious achievements that are perpetually being renegotiated and that cannot be assumed, but whose process of acquiring stability can be tracked. Based on this assumption, this research group aims at analyzing the life of the institution, viewed from such an angle that we can grasp and follow the progressive formation of the true substance of various ‘orders of totality.’ Understanding the shaping of institutions imply theoretical and epistemological challenges. This requires a more specific discussion about the role of causality, intentionality, and finally, the role of determinations in the social shaping.