L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux

 

L'Effet Latour (Sortie : 21 avril 2014)

 

Sommaire de l’ouvrage

Sous la direction de : Claire TOLLIS, Laurence CRÉTON-CAZANAVE, Benoît AUBLET

 

PREFACE de Virginie Tournay : « Sur un air de Moon River. Latour : Guerre et Paix du social »

INTRODUCTION : Quand la science infuse… – Benoît Aublet, Laurence Créton-Cazanave, Claire Tollis

PREMIERE PARTIE

Effet Latour n°1: L’indiscipline

Une place légitime pour les nouveaux entrants : penser l’hospitalité avec Bruno Latour – Benjamin Boudou

La sociologie de l’acteur-réseau est un sport de combat – Yohann Rech

Le social et le spatial : les humains et les non humains les dynamitent, les dispersent, les ventilent aux quatre coins des territoires. – Coralie Mounet

DEUXIEME PARTIE

Effet Latour n° 2 : L’impertinence

Dissipations politiques – Deux « criticaillons » causent de Bruno Latour à cette heure entre chien et loup – Guillaume Gourgues et Ouassim Hamzaoui

L’amour des controverses rend aveugle, la cité verte est ailleurs… – Claire Tollis

Dr. Latour & Mr. Lab : comment concilier étude de laboratoire et théorie de l’acteur-réseau ? – Matthieu Hubert

TROISIEME PARTIE

Effet Latour n° 3 : L’intimité

La plume sans le masque. L’écriture affectée de Bruno Latour. Sociologie(s) en première personne – Jérémy Damian

Bruno Latour : cathédrale et petite cuillère – Nicolas Senil

WORK IN PROGRESS

Cheminer dans les réseaux. Sur les traces des engins motorisés tout terrain – Lisa Haye

POSTFACE de Bruno Latour : « l’influence est un risque »

IVG et fin de vie: le paradoxe d’une condition biologique

IVG et fin de vie: le paradoxe d’une condition biologique

L’intériorité humaine est-elle soluble dans l’expertise et le droit ?

La scène liminaire du film La Grande Bellezza montre un groupe de touristes japonais en promenade sur la terrasse panoramique du Janicule, contemplant la majesté architecturale de Rome, lorsque l’un d’entre eux, saisi par l’esthétique sublime des chefs d’œuvre de la Renaissance, s’effondre littéralement terrassé par tant de splendeurs. Effet imprévisible d’une incommensurable extase, son réalisateur Paolo Sorrentino fait ici surgir l’aveuglante beauté d’une Rome superbe et décadente, fissurée de part en part sous les coups d’une comédie humaine creuse, désabusée et corrompue. À l’image de notre propre intériorité psychique, le réalisateur révèle que son observation attentive est irréductible aux seuls mots, que l’intégrité d’une identité ne suppose pas une unité des différentes modalités de l’être, ni même une concordance harmonieuse entre la vie intérieure et ses formes d’extériorisation.

Le langage juridique et l’expertise médicale se heurtent constamment à cette irréductibilité dans leur tentative de rendre commensurable la singularité de nos linéaments psychologiques lorsque nous devons faire face aux tourments de notre condition biologique. Les exemples d’actualité sont multiples: qu’il s’agisse de donner la vie, de la terminer, de la supporter quand l’identité sexuée de départ est manifestement troublée ou encore, dans les situations dramatiques d’invalidités profondes quand le corps ne répond plus. Il est en effet tentant de vouloir donner une existence officielle à ces linéaments intérieurs dont le tracé se trouve radicalement reconfiguré par les aléas du sort et les divers évènements plus ou moins pénibles que chacun de nous sommes susceptibles de rencontrer au cours de l’existence du seul fait de notre condition biologique.

Ainsi, la rhétorique de la « détresse » de la femme, introduite dans la loi de 1975 sur l’Interruption Volontaire de Grossesse a rendu possible sa dépénalisation en évitant les incompatibilités juridiques avec le droit à la vie. Inclure cette qualité de la complexion psychique individuelle a permis de mettre à mal l’idée que l’avortement serait un acte de convenance demandé par des femmes prétendument victimes d’une sexualité débridée

S’il origine un progrès social précieux et indéniable, asseoir un statut juridique sur une condition psychologique n’est malheureusement pas dénué d’inconvénients. Une telle injonction s’accompagne de plus en plus fréquemment d’un souci de transparence des profondeurs de l’être. Elle s’articule à des expertises confiées à des professionnels médico-sociaux, à des psychiatres ou à des réanimateurs qui se trouvent par là même, exposés au jugement public et à l’interprétation jurisprudentielle de leurs actes.

Cette volonté de baliser la vie psychique est omniprésente dans les controverses autour des formes d’administration de la condition biologique qui déchirent régulièrement l’actualité politique et sociale. Mais en pratique, comment un soignant peut-il mesurer la « qualité de la fin de vie » d’un patient, comment s’arrange t-il concrètement, avec le principe de la « dignité du mourant » que l’on trouve dans la loi Leonetti relative aux droits des malades et à la fin de vie? Par définition, les soins de fin de vie résistent à toute entreprise de rationalisation des pratiques médicales. Difficile en effet de faire reposer les processus de prise de décision sur des résultats de recherche clinique systématique puisque l’objectif ici n’est plus de trouver une thérapeutique, mais de gérer les limbes du dernier souffle. Des indicateurs de qualité de fin de vie existent, sont testés dans certaines unités de soins palliatifs mais on est encore bien loin d’une evidence-based-medicine qui permettrait une standardisation des soins.

Dans cette dérive de la transparence, l’intériorité de l’être doit être mise à nue; cette mécanique idéologique nous condamne à un nouvel ordre moral dans lequel les ambiguïtés du tréfonds de l’âme n’ont plus place, ni même celles des réponses à apporter dans des situations inédites ou extrêmes. Devons-nous trancher le flou interprétatif associé aux manifestations cliniques de Vincent Lambert, ce jeune tétraplégique diagnostiqué en état de conscience minimale? Clignement de l’œil, inflexion de la lèvre ou contraction d’un doigt: qui pourrait-dire s’il s’agit de tentatives contrariées de communiquer, d’indices de-ci de-là témoignant de la conscience que l’homme emprisonné dans son corps a de lui-même, ou de simples réactions neurologiques sans grand rapport avec un désir volontaire, ou conscient d’interagir avec le monde extérieur ? Qui peut trancher et le faut-il ? Et quand bien même les manifestations cliniques de ce jeune garçon signeraient une conscience partiellement préservée, cela ne lui retire aucunement la possibilité de trouver objectivement sa vie insupportable et de vouloir y mettre fin.

Chacun peut se trouver un jour confronté à décider pour ses proches ou pour lui-même tout en sachant que quelle que soit la voie empruntée, elle ne sera jamais pleinement satisfaisante, ni même entièrement acceptable. Dans ces situations toujours uniques, toujours rares, aux franges même du décidable, l’exigence de transparence à tout crin est une absurdité. Cette posture ne fait que rejoindre ce que Alain-Gérard Slama décrit comme un « évangélisme exterminateur ». Elle se heurtera toujours violemment à l’indéchiffrable Grande Bellezza de notre condition biologique.

http://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/ivg-fin-de-vie-paradoxe-condition_b_4802359.html

IVG et fin de vie: le paradoxe d'une condition biologique. HuffingtonPost 19/01/2014

 

Un OGM est-il plus dangereux que le sourire du flamant rose ?

Chacun conserve le souvenir d’avoir joué à plusieurs, au moins une fois dans sa vie, au traditionnel jeu du Mikado dont le principe consiste à retirer une à une les fines baguettes de bois enchevêtrées, d’un ensemble laissé au hasard en amas sur le sol, sans toucher ou faire bouger les autres. Élevée au rang des plus anciennes pratiques ludiques de patience destinées à tester la maîtrise de son habileté dans les tâches les plus délicates, la partie de Mikado semble se rejouer en permanence lorsqu’il est question de produire des mesures visant à administrer la biodiversité.

Organisme « génétiquement modifié », coexistence entre les cultures, évaluation des risques ou maintien de la biodiversité sont des notions récurrentes du débat public. Elles ressortent comme tout autant de régularités formelles de la science, que les partisans du développement de ces biotechnologies de même que leurs pourfendeurs, ont le devoir de s’approprier s’ils veulent argumenter, produire un discours audible pour tous et convaincre le citoyen, le scientifique ou le commentateur. Et pourtant, c’est là que le bat blesse. La consécration de ces catégories scientifiques dans les médias et les instances décisionnelles, de même que leur banalisation dans le langage courant, induisent de sérieux biais quant aux représentations collectives des écosystèmes et aux modalités de leur gestion. L’utilisation substantielle de ces catégories ne rend absolument pas compte des particularités de chacun des « terrains », ni de la complexité des situations, en partie liée à l’immense diversité des assemblages technologiques dits « génétiquement modifiés » propulsés d’un coup, sous le feu circonspect de l’enquête publique.

Un OGM est une commodité de langage destinée à mettre de l’ordre dans un ensemble dispersé d’organismes vivants marqués par certains procédés d’intervention, dont le périmètre et les techniques évoluent constamment. Aussi, le « génétiquement modifié » marque des objets biologiques hétérogènes réunis selon une même dimension tout en excluant d’autres modalités de constitution. Par exemple, les pratiques traditionnelles de sélection variétale amènent à des plantes « génétiquement modifiées » par l’intervention humaine sans que celles-ci ne créent de la controverse et ne soient assimilées aux OGM bien qu’elles soient également « génétiquement modifiées ». Les mutations sont une composante essentielle du moteur de l’évolution biologique : pas de vie possible sans modifications génétiques continument remaniées par des circonstances fortuites. Surprises de l’histoire naturelle qui conduisent à des traits aussi divers que le sourire du flamant rose nous explique Stephen Jay Gould. De même, le terme biodiversité se joue à différentes échelles, allant du gène aux services écosystémiques. Il faudrait donc plutôt parler des biodiversités et préciser à quel niveau il est fait référence dans les débats. On voit dès lors que l’utilisation raisonnée de ces catégories se conjugue nécessairement à un travail d’expertise, c’est-à-dire d’interprétations, de jugements sur le sens et d’appositions culturelles de démarcations ne faisant pas nécessairement consensus chez les débateurs eux-mêmes. Et tout cela sans pour autant être nécessairement explicité puisque le contenu précis de ces catégories semble un acquis pour tous. Si les controverses fortement médiatisées surgissent souvent à partir de la raison d’être des développements technologiques, on oublie parfois que des malentendus peuvent porter sur les concepts eux-mêmes…

Cette imprécision sémantique est masquée par une reconnaissance aujourd’hui unanimement répandue de la complexité de nos écosystèmes. Tout le monde s’accorde sur l’idée que la culture de plantes génétiquement modifiées (PGM) correspond à l’inclusion d’un élément nouveau dans un écosystème biologique, système complexe marqué par une intensité importante de noeuds interconnectés. De là est déduit à juste titre que l’évaluation de la dangerosité d’un OGM ne peut pas être analysée isolément de ce qui compose son environnement immédiat. L’enjeu majeur consiste à maintenir les coévolutions et les dépendances réciproques en harmonie les unes aux autres afin d’éviter la survenue d’éventuels déséquilibres et de porter atteinte à « la biodiversité ».

Mais cette réalité de terrain nous autorise-t-elle à anticiper la stabilité de nos écosystèmes en présupposant ce qui conduirait à leur instabilité, un peu comme le ferait un joueur de Mikado devant un tas de baguettes enchevêtrées ? L’erreur fréquemment observée dans les débats consiste à penser que l’art d’anticiper ce qui va se produire est comparable à la dextérité des joueurs de mikado à ajouter ou retirer des fines baguettes sans perturber l’ensemble du système en équilibre. C’est là oublier que la dénomination OGM ne s’apparente en rien à un découpage « méta-naturel » des productions biologiques. Il n’y a aucune raison de penser a priori que l’ajout ou le retrait de ces produits ne troublent ou ne renégocient, ni en bien ni en mal, l’homéostasie du système qui n’a lui-même de cesse de se transformer sans qu’il ne soit possible d’anticiper tous les aspects de cette dynamique. Le jeu de mikado n’a ici plus rien d’immobile, les baguettes enchevêtrées se déplacent toutes seules sans intervention humaine, leur forme n’est jamais stabilisée et leur individualité se trouve perpétuellement renégociée dans le changement.

La catégorie des OGM équivaut à un classement, comme les scientifiques se plaisent à en établir, visant à rassembler toute une collection d’objets biologiques selon des lignes de force privilégiées, sans que celles-ci ne soient nécessairement plus naturelles que d’autres. Dans cette veine, le caractère « génétiquement modifié » est le dénominateur commun faisant suite à une tentative d’ordonnancement d’objets sur la base de critères partiels pour inférer de possibles propriétés à ces produits. Comme le souligne le biologiste de l’évolution Michel Veuille, la corrélation dresse un bilan des indices mais elle ne dénonce aucun coupable. En d’autres termes, affirmer que le braqueur d’une banque porte un blouson noir ne suppose pas que tous les individus affublés d’un blouson noir sont des braqueurs de banque potentiels.

Si l’on reste dans la droite ligne de ce constat, il est raisonnable de penser que l’acronyme OGM, qui désigne dans la directive européenne, les organismes biologiques issus d’actes de transgénèse – ne signifie pas que tous les produits résultant de cet acte, partagent des singularités les rendant plus menaçants que d’autres n’ayant pas subi cette préparation. Dire cela n’est pas donner une confiance aveugle en la Providence mais permet de soutenir que seule une évaluation des risques au cas par cas, peut trancher sur la dangerosité de chaque produit. À l’inverse, raisonner de façon générique conduit à l’irréalisable projet d’administrer un futur incertain à partir de la consécration formelle de grandes catégories avec pour effet pervers de reléguer à l’arrière-plan les spécificités de chacun des produits placés sous le projecteur de la critique. De là l’absurdité de mettre en place des procédures décisionnelles motivées par la seule incertitude, qui constitue pourtant une dimension créative et inextricable du vivant. Brandir à tout crins la dangerosité des OGM sans procéder à une analyse au cas par cas, revient à se taper la tête contre l’inconnu, pourtant constitutif de toute vie, et qui à ce titre, ne cédera jamais devant nous…

http://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/un-ogm-estil-plus-dangere_b_4382329.html

d95dab85

Cell Photography

Radha Chaddah

Cell photographer, mixed media artist

At the cutting edge of science there is discovery, inspiration and many more questions than answers. We understand how to grow certain types of cells in a dish, like neurons, but do not yet know how we can use this power to solve problems of disease. The public tends to fill up the void between the known and the unknown with wonder, hope, expectations and misunderstandings. In the mind of the public, we have already solved the challenge of regeneration with the discovery of stem cells, but in reality there is much more work to be done.

Over the past decade, cell and molecular biologists have discovered the secrets of nuclear reprogramming. Essentially, we have learned how to ‘turn the clock back’ on the nucleus of a fully differentiated cell, changing it into a stem cell. The implications of this discovery are astounding and this series represents the progression to this moment, showing neural differentiation from different cells of origin: neural stem cells from the adult mouse brain, human embryonic stem cells (human ES cells), and induced pluripotent stem cells (iPS cells) created from adult human skin.

http://www.radhachaddah.com/awakening.html

La cuisine moléculaire dans tous ses états

 

Raphaël Haumont, enseignant chercheur de l’université Paris Sud, utilise ses connaissances scientifiques pour sublimer les produits et proposer de la Haute Cuisine pour le plus grand plaisir du consommateur! Il travaille en collaboration étroite avec Thierry Marx, grand Chef médiatique spécialiste de la cuisine moléculaire. Un des jurés de l’émission Top Chef sur M6, il est depuis arrivé à la tête de la restauration du Mandarin Oriental Paris. Fondateur du Foodlab, situé au Laboratoire en plein cœur de Paris, ils effectuent leurs recherches dont les expériences culinaires sont aux frontières de l’artscience. Ensemble, ils aiment revisiter les traditions culinaires, et proposent une cuisine secondée par la science. Place à l’article de Raphaël Haumont où il nous expose son point de vue sur la cuisine moléculaire et sa volonté de promouvoir la cuisine rationnelle.

http://blog.mysciencework.com/2011/07/10/qu%E2%80%99est-ce-que-la-cuisine-moleculaire.html

Hervé This physico-chimiste dans le Groupe de Gastronomie Moléculaire, au Laboratoire de chimie d’AgroParisTech (UMR 1145 INRA/AgroParisTech), professeur consultant à AgroParisTech, secrétaire de la Section VIII de l’Académie d’Agriculture de France, directeur scientifique de la Fondation Science & Culture Alimentaire (Académie des sciences). Il est le co-créateur, avec Nicholas Kurti, de la discipline scientifique nommée gastronomie moléculaire. Ingénieur de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie de Paris (ESPCI) , il est aussi Conseiller scientifique de la revue Pour la Science et chargé d’enseignements à Sciences Po Paris. Parmi les réalisations dont il n’y a pas de raison d’être honteur : – introduction des Ateliers expérimentaux du goût dans les écoles primaires, – création du programme pédagogique de l’Institut des hautes études du goût, de la gastronomie et des arts de la table – Ateliers Science & Cuisine pour les Collèges et les Lycées – création de la cuisine moléculaire – création de la « Cuisine Note à Note », la prochaine grande tendance culinaire.

http://www.cuisinecollective.fr/dossier/this/articles.asp

Présentation de la rubrique PUBLICATIONS

Ce carnet de recherches a pour objet l’étude des institutions sociales et politiques. Son objectif est d’analyser les phénomènes d’émergence et les dynamiques institutionnelles en produisant des billets autour de différents travaux scientifiques en cours, commentaires sur l’actualité et réflexions épistémologiques issues des autres sciences.

Les ouvrages présentés émanent des membres du projet international de collaboration scientifique [PICS] LABSTITUTION et des personnes invitées au séminaire « Petit Pragmatiste », séminaire PACTE/Sciences Po lancé à la rentrée 2008.

Vous trouverez les autres documents/informations/publications dans la rubrique « A voir / We like ».

Les publications sont classées suivant deux axes :

– Le premier « Au sujet des institutions / About institutions » regroupe les ouvrages théoriques relatifs aux émergences/dynamiques/changements institutionnels et la mise en place de normes (sanitaires, opinion publique, autorité académique). http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-institutions-about-institutions

– Le deuxième « Au sujet des biotechnologies – administration du vivant » regroupe les ouvrages portant sur l’économie du vivant et ses transformations. L’idée est d’utiliser le vivant comme traceur pour suivre les émergences/dynamiques et production de normes institutionnelles.

Un premier onglet renvoie à l’administration des individus et des populations : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-de-ladministration-du-vivant-regulating-the-living

Un second onglet regroupe les travaux sur la production des biotechnologies rouges en lien avec les dynamiques institutionnelles : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-biotechnologies-about-biotechnologies

Un troisième onglet regroupe les travaux sur la production des biotechnologies vertes en lien avec les dynamiques institutionnelles : http://institutions.hypotheses.org/category/publications/au-sujet-des-biotechnologies-vertes-about-green-biotechnologies

MILITANTISME MEDICAL et fabrique des politiques de santé

Quaderni N° 68, Hiver 2008-20

Militantisme médical et fabrique des politiques de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dossier : Militantisme médical et fabrique des politiques de santé/Medical Advocacy and Implementation of Health Policies

– Virginie Tournay, « Avant-propos : ce que revendiquer veut dire. Éléments pour une pragmatique de la monstration ».
– Carlos Novas, « Orphan drugs, patient, activism and contemporary healthcare ».
– Michel Castra, « L’émergence des soins palliatifs dans la médecine, une forme particulière de militantisme de fin de vie ».
– Philippe Warin, « Medical activism and performance engineering : the case of associative health centres ».
– Francis Sanseigne, « Médicaliser l’action en faveur de la contraception : le Planning Familial, du scandale à la stratégie de l’objectivité ».
– Brigitte Chamak, « Autisme et militantisme : de la maladie à la différence ».
– Sandrine Musso, « Faire preuve par l’épidémiologie : lectures «indigènes» des chiffres du sida en France ».

Notes de recherche

– Sophie Dalle-Nazébi et Nathalie Lachance, « Quand les acquis d’un mouvement social créent les conditions d’un militantisme médical : l’exemple des sourds ».
– Wilfried Lignier, « Comment la question des enfants « surdoués » est-elle devenue scientifiquement sérieuse en France (1971-2007) ? ».
– Hannah Gilbert, « Regards croisés dans la salle d’attente d’un hôpital. Un lieu de fabrication des connaissances durables ».

Technique
– Jean-Paul Fourmentraux, « L’œuvre en actes : arts, médias et communications numériques ».

Communication
– Pierre Musso, « La télévision publique, nouvelle école de la république ? ».

Politique
-Cynthia Ghorra-Gobin, « Barack Obama, 44e président des États-Unis : événement historique ou simple figure symbolique ? ».
– Mathieu Quet, « S’indigner à nouveau : réflexion sur un dispositif de désignation de l’injustice ».

 

LE THANATOPOUVOIR – Politiques de la mort

 

Sommaire :

 

 

 

 

 

 

LE THANATOPOUVOIR : POLITIQUES DE LA MORT

  • Du biopouvoir au thanatopouvoir
  • La peine de mort en République, un « faire mourir » souverain ?
  • Le pro patria mori et le mystère de l’héroïsme
  • Stabiliser l’incertitude, les procédures juridiques républicaines de dévolution du pouvoir à l’épreuve de la mort du président Carnot (1894)
  • La légalisation de l’euthanasie : l’arrêt de soin peut-il être considéré comme une mort naturelle ?
  • Encadrer la liberté : le statut et la destination des cendres dans le projet de réforme de la législation funéraire (2005-2006)
  • La « productivisation » de la mort : mort encéphalique et transplantation d’organes
  • COMMUNICATION
  • A nos morts, Médiatiser la mort au champ d’honneur : un enjeu mémoriel et politique
  • POLITIQUE
  • La « francophonie » : définitions et usages
  • TECHNIQUE
  • La télé-médecine ou la double exclusion du médecin et du patient
  • LIVRES
  • « Le Cap des Tempêtes, essai de microscopie du droit » de Lucien François
  • « L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle » de Pascal Bastien
  • « La religion du monde industriel, Analyse de la pensée de Saint-Simon  » de Pierre Musso

LES PROMESSES DE LA BIODIVERSITE

Quaderni, n°76/automne 2011

Les promesses de la biodiversité
Édité par Céline Granjou et Isabelle Mauz
S’il n’est pas récent, le mouvement de mise à l’agenda de la biodiversité connaît aujourd’hui un regain d’actualité symbolisé par la labellisation « 2010, année internationale de la biodiversité ». On assiste ainsi à la mise en place d’institutions inédites qui relaient de nouveaux cadres de pensée de la nature tels que la notion de « 6e extinction », de « services écosystémiques », de « trame verte et bleue »… L’objectif de ce numéro de Quaderni est d’explorer les processus récents et en cours d’institutionnalisation de la biodiversité. La biodiversité fournit en effet un cas d’école pour observer et analyser des mécanismes propres à la mise en place d’une gouvernance internationale de l’environnement, dans laquelle la science ne joue pas un rôle en amont ou à côté des processus proprement politiques mais est étroitement intriquée dans la genèse et l’expérimentation des nouvelles institutions de la biodiversité. On a affaire d’emblée à un ensemble de processus, de collectifs et d’instruments à diverses échelles géographiques, marqué par la mise en place d’arènes hybrides mêlant acteurs politiques, scientifiques, économiques , gouvernements et ONG…

Ce numéro part du constat que les nouvelles institutions de la biodiversité – au sens large du terme- s’ancrent dans des catégories de pensée et d’action qui renvoient à des scénarios du futur alliant diagnostics d’alerte environnementale et formes de rationalisation visant à en (ré)assurer la maîtrise. Même si ces deux types de scénarios sont la plupart du temps liés dans les dispositifs de connaissance et de gestion de la biodiversité, on distinguera pour l’analyse les « scénarios de malheur » et les « scénarios de maîtrise ».

Les promesses de la biodiversité
Céline Granjou et Isabelle Mauz, « Avant-propos : gouverner par les scénarios ? Comment les institutions gouvernementales anticipent l’avenir de la biodiversité » ;

Isabelle Mauz, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIème siècle » ;

Libby Robin,  » The rise of the idea of biodiversity: crises, responses and expertise »;

Elsa Faugère, Olivier Pascal, « La fabrique de l’information : le cas des grandes expéditions naturalistes contemporaines » ;

Michel Daccache, « la rationalisation économique du rapport à la biodiversité : éléments d’ethnographie » ;

Florian Charvolin, Raphaël Mathevet, Ruppert Vimal « Les Trames verte et bleue et son public » ;

Chunglin Kwa, Mieke van Hemert, « Engineering the Planet: the issue of biodiversity in the framework of climate manipulation and climate governance ».


Politique
Pascal Durand, « Soma ou novlangue ? A propos des nouveaux mots du pouvoir » ;

Fabrizio Cantelli, « La plainte comme un droit ? Médiation, politiques publiques et droits des patients » ;

Nicolas Oliveri, « Logiciel libre et open source : une culture du don technologique ».

Livres
Freud et la Science : éléments d’épistémologie (Frédéric Forest), par Michel Daccache ;
Télévision et justice (Marie-France Houillon et Yannick Lebtahi (dir.)) par Hélène Monnet-Cantagrel

 

L’EVALUATION DE LA RECHERCHE : pour une réouverture des controverses

Quaderni, N° 77, Hiver 2011-20 : L’évaluation de la recherche : pour une réouverture des controverses

Par Séverine Louvel

Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, classement de Shanghai des universités, classements des revues, définitions du chercheur publiant… L’évaluation est aujourd’hui omniprésente dans la recherche, et consubstantielle aux politiques scientifiques. On connait bien la généalogie de ces dispositifs, et le projet politique qui les motive. On en déduit parfois qu’ils font advenir un monde nouveau (faits de facteurs d’impact, de taux de citations, de recherche innovante, etc.) et véhiculent des prescriptions anthropologiques (l’avènement du chercheur publiant, conformiste, stratège…).

Ce dossier thématique de Quaderni interroge le caractère mécanique, ou manichéen, de cette hypothèse. Soulignant la diversité des usages concrets de dispositifs d’évaluation en vigueur dans plusieurs pays, il suggère que les effets de l’évaluation ne sont pas une affaire entendue, mais qu’ils demeurent un objet controversé.

 

SOMMAIRE

Séverine Louvel, « Avant-propos : Réinterroger l’évaluation comme technologie de « pilotage à distance » ».

David Pontille et Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES ».

Julie Bouchard, « La fabrique d’un classement médiatique de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Silke Gülker, Dagmar Simon et Marc Torka, « Evaluation of science as consultancy ».

Lise Gastali et Caroline Lanciano-Morandat, « Les dispositifs d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche : quel devenir pour des établissements singuliers ? ».

Marc Vanholsbeeck, « Entre qualité prescrite et qualité souhaitable : l’ambivalence des chercheurs en communication face à l’évaluation de leurs publications ».

Matthieu Hubert, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens ».

Politique

Alexandre Eyries, « Du récit gaulien au storytelling franco-américain : histoires d’une trajectoire ».

Julien Charles, « Ethnographie d’une réduction cartographique des engagements participatifs ».

Pierre Minkala-Ntadi, « La presse ongolaise dans la tourmente politique : l’illustration d’une tension entre liberté d’expression et responsabilité sociale ».

Communication

Pablo Medina, « L’impact stratégique de la consommation online des hôpitaux : le cas du cancer dans les pays européens francophones ».

 

 

DES PATRONS AUX MANAGERS : Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970

Par Séverine Louvel, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Financements, évaluation de la recherche, partenariats socioéconomiques, études doctorales, gestion des carrières scientifiques… La recherche publique connaît, ces dernières décennies, des mutations accélérées, dont les conséquences concrètes restent encore mal connues. L’ouvrage examine comment les transformations profondes du système français de recherches travaillent conjointement l’organisation, les activités et la culture des laboratoires académiques, des années 1970 aux années 2000. Pour éviter tant les biais rétrospectifs que les scénarii généraux, l’auteur a mené une enquête d’un an dans trois laboratoires de sciences de la vie, et exploré, au moyen d’archives et d’entretiens, les dynamiques microsociologiques du changement. Croisant sociologie des professions, sociologie des organisations et études sociales sur les sciences, l’auteur analyse les changements majeurs des stratégies individuelles et collectives, des modes d’exercice de l’autorité, ainsi que des formes de coopération dans les laboratoires académiques. L’ouvrage montre que les laboratoires passent d’une organisation dirigée par des a patrons qui érigent et contrôlent un domaine scientifique, à une organisation gérée par des managers qui conduisent des projets dans un environnement concurrentiel. Il analyse la transition dans cinq domaines : les stratégies scientifiques (chapitre I) ; la gestion des carrières (chapitre II) ; le financement (chapitre III) ; l’évaluation (chapitre IV) ; la formation des doctorants (chapitre V). Les laboratoires, loin d’être des réceptacles passifs de forces économiques et institutionnelles, sont aussi les moteurs de leurs trajectoires. Ainsi, l’ouvrage réfute-t-il une interprétation mécanique du changement, doublée d’une vision quelque peu monolithique du monde de la recherche, pour dégager les modèles d’action locaux par lesquels les laboratoires se repositionnent dans des contextes en mutation. Un livre éclairant au moment où l’on s’interroge sur l’entrée, à marche forcée, 4 du système français de recherches et d’enseignement supérieur dans une nouvelle ère (Agence Nationale de la Recherche, loi relative aux libertés et responsabilités des universités, Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, opération Investissements d’Avenir du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, etc.).

 

Table des matières

STRATEGIES SCIENTIFIQUES ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT
RECRUTEMENT ET CARRIERES
FINANCEMENTS CONTRACTUELS, ACCES ET GESTION COLLECTIVE
DISPOSITIFS D’EVALUATION DES EQUIPES ET DES CHERCHEURS
DOCTORAT ET TRANSFORMATION DE LA CULTURE ACADEMIQUE

 

LA GUILLOTINE AU SECRET – Les exécutions publiques en France (1870-1939)

L abolition de la peine de mort en France en 1981 a longtemps éclipsé un événement tout aussi marquant : la suppression du caractère public des exécutions en 1939. Car depuis la Révolution, la mise à mort était un rituel de violence qui pouvait attirer plusieurs dizaines de milliers de curieux. Une cérémonie de rue, nocturne et trouble, où se pressent badauds et bourgeois désireux de voir les bois de justice, l exécuteur, et des criminels plus ou moins célèbres. Et les occasions ne manquent pas, car sous la IIIe République on compte des centaines d exécutions publiques dans des dizaines de villes, dont bien sûr Paris. A quoi ressemblait ce théâtre sanglant de la guillotine ? Et comment a-t-il fini par être relégué à l intérieur des prisons ? A partir d archives judiciaires, policières, des carnets du bourreau Deibler, et de sources d une époque hantée par le crime et les faits divers, cet ouvrage analyse la progressive contestation du spectacle de l exécution. Cette mise au secret s opère sous l impulsion de plusieurs mouvements concomitants : sensibilités heurtées des élites, et notamment de journalistes qui s identifient au supplicié, concurrence de l emprisonnement, ou encore répugnance des autorités à organiser un guillotinage, quand elles peuvent simplement communiquer par voie de presse sur sa bonne tenue. Au croisement de la science politique, de l anthropologie et de l histoire des mentalités, ce livre met au jour les mécanismes par lesquels la République a civilisé la peine capitale.

Table des matières

LA CONCURRENCE ENTRE PUBLICITE LEGALE ET PUBLICITE JOURNALISTIQUE
LES REPRESENTATIONS CONSERVATRICES DE L’EXECUTION
L’IMPOSSIBLE ASSIGNATION DU LIEU D’EXECUTION
LA CRISE LITURGIQUE DU RITUEL EXECUTIONNAIRE
REGARDER L’EXECUTION
LA MISE AU SECRET D’UN RITUEL D’OBEISSANCE : DE LA LEGITIMATION A LA CIVILISATION

ANR « Jeunes chercheuses – Jeunes Chercheurs » – THERACELS

Les usages médicaux des cellules souches humaines à l’épreuve de la réglementation


La problématique scientifique de cette recherche consiste à dégager et à décrire les répertoires d’action collectifs qui vont édicter des normes et des standards applicables à des pratiques biomédicales informelles/émergentes utilisant des cellules souches humaines. Ces répertoires s’appuient aujourd’hui sur le fonctionnement des agences sanitaires. En suivant l’histoire récente des dispositifs publics, l’agence – nouvelle structure réglementaire appliquée à la police sanitaire – donne lieu à des articulations innovantes entre l’expertise scientifique et la construction réglementaire. Ceci est visible principalement dans les dispositifs d’autorisation des activités liées aux produits de santé issus du corps humain. Ces établissements à caractère hybride, disposent simultanément d’une forte professionnalisation juridique et d’une culture matérielle particulière à la fabrication des produits de cellules humaines.

Le programme scientifique vise à satisfaire les deux objectifs suivants :

OBJECTIF 1 : Retracer une généalogie des controverses portant sur les usages médicaux des cellules humaines ainsi que les standards de recherche progressivement adoptés. Cet objectif permettra d’appréhender le déplacement de controverses scientifiques et de revendications sociales (ou éthiques) portant sur l’autonomie des individus vers l’émergence d’un savoir expert objectif, incrusté dans les conduites administratives.

OBJECTIF 2 : Reconstituer l’histoire du travail administratif (inspection des établissements, évaluation des dispositifs, établissement des contrôles de la qualité et mise en oeuvre de la traçabilité) applicable aux activités médicales faisant spécifiquement intervenir les cellules du corps humain (cellules différenciées, cellules embryonnaires) en liens avec l’évolution des pratiques de laboratoire. Cet objectif permettra démontrer l’interdépendance des contraintes administratives et de l’alignement des pratiques dans les différents établissements de santé.

DE l’ORIGINE DES INSTITUTIONS – VIE ET MORT DES AGENCEMENTS SOCIAUX

Vie et mort des agencements sociaux : de l’origine des institutions / Virginie Tournay. Paris : PUF, 392 pages, 2009. [Politique éclatée (la)].

Pourquoi un assemblage provisoire de solidarités humaines se prolonge-t-il au point parfois de former un collectif stable marqué par une puissance d’expression et de survivre à celui qui en a été l’initiateur ? Bien que l’institution soit aisément descriptible en termes de totalité isolable délimitée par des frontières, cette découpe du social n’est qu’une expérience sensible parmi d’autres et elle varie selon l’échelle d’observation. Les controverses qui entourent sa définition nous rapprochent de celles des naturalistes concernant la notion d’espèce biologique il y a plus de deux siècles. Elles posent la question de leur mode d’existence.

Cet ouvrage envisage de distinguer les agencements sociaux à partir de leurs mouvements. Il traite du mouvement de la matière sociale dont l’institution ne figure que comme une détermination possible parmi d’autres assemblages sociaux. Par analogie avec l’échelle de Jacob, les agencements sociaux montent et descendent les échelles de l’être.

 

Table des matières

I. — Introduction. Pourquoi la girafe a-t-elle un long cou ?

Petit préambule autour des espèces et autres agencements sociaux

- L’institution en question : un détour par l’histoire naturelle pour discuter de cet agrégat social
- L’institution en émergence : pourquoi existent-ils des agrégats sociaux plutôt que rien ?
- L’institution en évolution : repérer les paliers classificatoires
- Les sciences du politique et la texture de la matière sociale

II. — La fabrique de l’histoire

Réflexions sur le pouvoir du monde écrit : Dire, Faire et Représenter l’Histoire

- Le régime historiographique : produire un récit certifié des phénomènes sociaux
- Dire l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils reliés entre eux ?
- Faire l’histoire : pourquoi les faits passés existent-ils encore aujourd’hui ?
- Représenter l’histoire : pourquoi les faits passés sont-ils partagés par tous ?
- Produire la vérité historique. Quand le thermomètre fonde une agence d’État

III. — La fabrique de l’action collective

Réflexions sur le pouvoir de la solidarité : Désirer, Développer et Inscrire durablement l’action collective

- Le régime de la monstration : des formes élémentaires de coopération à la puissance publique
- Désirer l’action collective : pourquoi les acteurs agissent-ils solidairement ?
- Développer l’action collective : pourquoi les solidarités diffèrent ?
- Inscrire durablement l’action collective : pourquoi certaines solidarités sont-elles convaincantes ?
- Produire un agrégat social aux contours nets. Le rôle central de la calibration

IV. — Conclusion. La girafe a un long cou parce qu’il y a plusieurs manières d’être un tout

Esquisse d’une texturologie du social

- Le désir comme énergie pratique de solidarité
- Plaidoyer pour une sociologie institutionnelle : l’échelle de Jacob des institutions